Médecin de PMI : recrutement et emploi

 

Cette profession est un métier passionnant et c'est un secteur qui offre des emplois. Un médecin territorial EJF ou PMI joue un rôle important. Il développe la politique médicale et médico-sociale locale. Il exerce dans le secteur infantile et de la jeunesse. Globalement, le médecin de PMI joue un rôle prépondérant dans la protection maternelle et de l'enfant.

Il s'adapte au besoin local en relation avec le médecin conseil départemental et l'exécutif territorial.

Le médecin de PMI est le chef de service et occupe le poste de référent de tous les professionnels EJF et PMI du territoire.

Il peut travailler pour les collectivités territoriales ou pour le conseil départemental. Il arrive que le médecin de PMI exerce également pour la fonction publique territoriale ou qu'il exerce au sein du cadre de l'emploi des médecins territoriaux. 


 

Une action au cœur de la prévention

Le médecin de PMI est responsable de l'action départementale de protection maternelle et infantile.

Il est le maillon indispensable de l'action impulsée par le Département et relève du Conseil Général.

Son intervention se fait de concert avec différents intervenants techniques sur le Département et requiert des compétences médicales spécialisées.


 

Fonction du médecin de PMI : une porte ouverte à tous ?

 

Les médecins accédant à la fonction de médecin de PMI sont titulaires d'un D.E.S de Pédiatrie, Gynécologie-Obstétrique ou de Santé publique.

Un concours territorial permet par ailleurs une titularisation du médecin.

Cependant, la carence démographique des médecins de PMI titularisés a conduit au développement de l'exercice de la médecine préventive en PMI en qualité de contractuel ou de vacataire.

Les médecins de PMI, bien qu'exerçant une activité bien spécifique, n'ont toujours pas obtenu la reconnaissance de leur spécialité, au contraire des médecins généralistes libéraux... ce qui n'a pas été sans générer certaines revendications du corps médical.

 

Les missions et le recrutement du médecin de PMI

 

Le recrutement de médecin de PMI est donc spécifique, comparé au recrutement du médecin du travail, par exemple. Les médecins de PMI sont des médecins salariés n'exerçant pas dans un établissement spécialisé dans la fourniture de soins hospitaliers.

Médecin de Protection Maternelle et Infantile consiste à assurer une mission de prévention sanitaire, de conseil ou de contrôle dans le ressort du Conseil Général qui les emploient.

Les actions du médecin de PMI concernent la mère et l'enfant avec notamment une intervention prénatale (actions de prévention en faveur des femmes enceintes), des actions en faveur de la petite enfance (bilans en école maternelle en liaison avec les infirmières et puéricultrices, surveillances des établissements accueillant des enfants de moins de 6 ans) outre un travail administratif avec suivi des déclarations de grossesse des femmes enceintes et des certificats de santé.

Les médecins de PMI exercent donc  une activité spécifique à part entière et sont au carrefour de l'action médicale et territoriale, pris entre déontologie médicale et respect du statut réservé à leur fonction.


 

Zoom sur les obligations déontologiques des médecins de Protection Maternelle et Infantile

Devenir médecin en PMI requiert la soumission aux règles déontologiques ordinaires mais aussi à celles spécifiques réservées aux médecins salariés prévues dans le code de la santé publique.

On retiendra notamment les articles :

 R4127-1 à R4127-31 Devoirs généraux des médecins

R4127-95 à R4127-99: Exercice salarié de la médecine.

Indépendance, secret professionnel, formation médecin de PMI, rémunération sont autant de points clés relevant d'une discipline déontologique à ne pas négliger pour les médecins de PMI.

La conciliation des impératifs déontologiques et de ceux de l'administration territoriale est difficile et a généré l'éclosion d'associations, telle l''Association nationale des médecins des collectivités territoriales (Méditoriales) avec pour objectif, notamment, le renforcement du statut du médecin de PMI dans l'exercice de sa fonction territoriale.

La fonction et la spécialisation des médecins de PMI ne manquent pas de continuer à faire couler beaucoup d'encre tant que les revendications de ces derniers resteront en suspens...

Les qualités du médecin territorial

 

Le rôle du médecin de PMI nécessite de nombreuses qualités en plus des connaissances. Un bon médecin généraliste doit savoir travailler en équipe et doit avoir uneexcellente capacité d'analyse et de synthèse.

Sa profession demande beaucoup d'organisation et il doit être capable de bien s'exprimer en face de son patient. En parallèle à sa capacité d'expression orale, il est essentiel qu'il soit capable de bien s'exprimer à l'écrit lors des comptes-rendus. Savoir être et bienveillance sont deux qualités à avoir pour être un bon médecin de PMI. 

Niveau d’études et les diplôme requis pour exercer

Pour devenir un médecin de PMI, le diplôme d’État de médecine est obligatoire. La spécialisation requise est soit en pédiatrie, soit généraliste.

Salaire perçu par le médecin de PMI

 

En moyenne, le salaire brut mensuel d’un médecin territorial de PMI ou EJF est d’environ de 2 100 euros en début de carrière. En fin de carrière, il pourra percevoir jusqu’à 5 600 euros par mois ainsi que des primes ou des indemnités qui varient selon les collectivités. 


 

VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

La France redoutait dimanche une possible propagation de l'infection au coronavirus après l'identification de trois cas sur des voyageurs récemment rentrés de Chine, épicentre de cette nouvelle épidémie.

CONTAGION - L’épidémie de pneumonie virale a par ailleurs fait une victime à Shanghai, la première dans une grande métropole chinoise

EPIDEMIE - Revivez tous les événements du samedi 25 janvier liés au coronavirus

VIRUS - Isoler les malades et repérer leurs proches pour « circonscrire l’incendie » permettrait, selon les autorités sanitaires, d’éviter la propagation du virus

Il appartient à la grande famille des coronavirus. Les chercheurs ont donné le nom de "n-Cov 2019" au virus. Le nouveau coronavirus est-il vraiment dangereux ? Pour le moment, la Chine fait état de 1 300 cas, dont 41 mortels soit 3,15% de mortalité. C'est beaucoup plus que la mortalité due à la grippe qui représente 0,1% chaque année en France. "Des chiffres extrêmement similaires à ce qu'on voit avec la grippe en France" Les chiffres doivent être relativisés selon Bruno Lina, professeur de virologie : "On sait combien de cas sont détectés en Chine, mais dans l'épicentre de Wuhan on ne sait pas réellement combien il y a d'infections. Dans ces conditions, s’il y en a quatre à cinq fois plus, à ce moment-là on serait vraiment sur des chiffres extrêmement similaires à ce qu'on voit avec la grippe en France", déclare-t-il. Les chercheurs ignorent encore quel type d'animal l'a transmis à l'homme et de quelle façon.

Après la confirmation de trois cas positifs au coronavirus chinois en France, les premiers en Europe, les autorités sanitaires doivent prendre le virus de vitesse pour éviter qu'une épidémie se propage, comme on "circonscrit un incendie".

La parole des médecins était très attendue à la sortie de l'hôpital Bichat à Paris. "Les patients vont bien, ce matin encore il y en a un qui a encore de la fièvre, l'autre n'en a plus. Ils vont très bien. Les équipes vont bien aussi", rassure un médecin. Vendredi 24 janvier, trois cas de coronavirus sont confirmés en France. Les patients sont hospitalisés à Paris et à Bordeaux (Gironde). Le patient est depuis placé en isolement Dans la capitale, un homme de 31 ans et sa compagne de 30 ans, tous deux originaires de Wuhan (Chine), ont été infectés. Ils sont arrivés en France le 18 janvier. Le troisième patient hospitalisé à Bordeaux (Gironde) est un Français de 48 ans originaire de Chine, arrivé sur le territoire le 22 janvier. Immédiatement pris en charge par le Samu, le patient est depuis placé en isolement à l'hôpital, son état est jugé rassurant. Positif au coronavirus, les autorités tentent de déterminer s’il a pu contaminer des personnes de son entourage.

Trois cas de coronavirus ont été détectés en France. Deux patients, un couple de touristes chinois, sont pris en charge à l'hôpital Bichat, à Paris. Placés à l'isolement dans des chambres séparées, sans contact avec l'extérieur, il s'agit d'un homme de 31 ans et d'une femme de 30 ans. Ils sont originaires de Wuhan, l'épicentre du virus. Les autorités sanitaires se veulent rassurantes "Les patients vont bien ce matin", a indiqué le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses à l'hôpital Bichat. "Ils n'ont pas de forme de gravité qui justifierait par exemple d'avoir des mesures de réanimation", précise le professeur Jean-Christophe Lucet. Le troisième cas de coronavirus est pris en charge depuis jeudi 23 janvier au CHU de Bordeaux, en Gironde. C'est un Français d'origine chinoise de 48 ans. Il a fait récemment un voyage à Wuhan, avant de passer par Amsterdam, aux Pays-Bas. De nouveaux cas ne sont pas exclure dans les prochaines heures.

DROGUE - L’ANSM a annoncé le lancement de l’expérimentation du cannabis thérapeutique en France en septembre prochain

La mesure concerne 38 personnes au total, précise le groupe dans un communiqué.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.