Médecin territorial : recrutement et emploi

S'orienter vers la médecine territoriale

Pour devenir médecin territorial, la route peut être longue. Le jeu en vaut -il vraiment la chandelle ?

Les médecins territoriaux sont classés dans la fonction publique dans la catégorie A.  Ils sont  classés par grade, 1ère classe,  2ème classe, hors grade.

La rémunération du médecin territorial dépendra de son classement au sein de ces différentes classes.

L'accès à la profession de médecin territorial peut parfois  décourager les vocations, comme c'est le cas de la fonction de médecin coordonnateur, maispour d'autres raisons.

En effet, pour devenir médecin territorial, il faut être titulaire du doctorat en médecine et justifier d'un diplôme ou d'un certificat d'études spécialisées.

Le décret  n° 92-851 du 28 août 1992 portant statut particulier du cadre d'emplois des médeaccins territoriaux, dans sa version consolidée du 01 juillet 2008, prévoit tous les aspects de la fonction de médecin territorial (recrutement, rémunération ...) et représente le cadre normatif de la profession.

 

Le concours d'accès à la fonction de médecin territorial :

Le concours comporte des épreuves orales et écrites ;

L'épreuve écrite consiste en la  rédaction d'un rapport en 3 heures qui met le futur médecin territorial dans le cas d'appréciation d'une situation liée à la fonction territoriale et qui apprécie sa gestion de la problématique au regard tant des règles de la fonction territoriale que de la déontologie de la profession.

L'épreuve orale,  quant à elle,  est destinée à apprécier la motivation du candidat à la fonction territoriale.

Certaines universités mettent en place une formation de médecin territorial, à l'instar de l'école de santé publique de Nancy.

Devenir médecin territorial n'est pas forcément évident et l'on comprend parfois le manque de vocations.

En effet, si au sortir du baccalauréat les candidats à la faculté de médecine sont prêts à concourir pour accéder à la fonction de médecin, on peut comprendre que passé un certain nombre d'années d'études fastidieuses, la perspective du concours territorial puisse décourager, sans compter le caractère spécifique de la nature des épreuves.

En outre, les perspectives et difficultés de la profession peuvent réduire la mobilisation vers la fonction.

 

Les difficultés de la profession de médecin territorial :

Isolement, manque de moyens, de formation, faiblesse de la rémunération, statut et manque d'indépendance sont autant d'éléments caractérisant les difficultés de la profession.

Isolement parce que tandis que les médecins libéraux sont convoités par les délégués médicaux, invités à participer à nombre de conférences et débats ; se rencontrent régulièrement et accèdent à de la formation permanente, les médecins territoriaux demeurent en dehors de ces organisations.

Lors d'un colloque organisé les 06 et 07 juin 2004 à Antibes, les intervenants faisaient remarquer que la dernière réunion des médecins territoriaux avait eu lieu en 2000!

Ils soulignaient le manque de formation de médecin territorial malgré les besoins évidents de ceux - ci et évoquaient entre autres, la possibilité de formation à distance via le net des médecins territoriaux.

Pourquoi un tel manque de formation ?

Peut - être est - ce bien là une question de financement. ..

 On sait, en effet, les efforts consentis par les laboratoires médicaux pour investir dans la réunion de médecins afin d'assister aux programmes de formation proposés. Il y a là, pour les organisateurs, un retour sur investissement  évident.

La problématique de la formation de médecin territorial est toute autre et son organisation ne peut se concevoir dans les mêmes conditions.

Isolement donc, manque de formation pour s'adapter en pratique aux contraintes spécifiques de la profession et surtout aussi manque d'indépendance.

Alors que le médecin libéral ou même salarié exercera sa profession avec une plus ou moins grande liberté d'action, le statut de fonctionnaire du médecin territorial encadre davantage son action, jusqu'à ce que la fonction médicale à vocation indépendante puisse parfois en devenir dénaturée.

Rester médecin avant tout avec la permanente application des règles déontologiques, le tout dans un cadre de statut public peut s'avérer parfois compliqué surtout lorsque les moyens pour exercer au mieux sa mission ne sont pas au rendez - vous.

Faiblesse des formations, faiblesse des rémunérations, manque de perspective d'évolutions, autant d'éléments pour décourager les vocations.

Reste le rôle attractif de la profession pour continuer à mobiliser les médecins vers la fonction territoriale.

 

La médecine territoriale : les facettes d'un métier diversifié 

Les actions du médecin territorial ont un vrai rôle social. Il met en place des actions de prévention de la santé publique, des projets thérapeutiques.

Un élément particulièrement intéressant de la fonction réside dans l'intervention du médecin territorial pour la conception de la politique de santé publique de la collectivité de laquelle il relève.

Un rôle revalorisant avec une mission globale qui, en soi, constitue la véritable richesse de la fonction de médecin territorial...

VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

« La situation est grave », a déclaré ce jeudi le Premier ministre Jean Castex au sujet de l'épidémie de coronavirus qui ne cesse de progresser en France. Face à la hausse des entrées en réanimation dues au regain du coronavirus, plusieurs hôpitaux sont déjà contraints de repousser des opérations classiques. À l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges, en banlieue parisienne, la tension monte dans le service des urgences. C'est un lieu commun mais le service des urgences fourmille. À côté de la salle d'attente se trouvent les infirmières organisatrices de l'accueil. « En fonction de certains symptômes, les patients sont orientés directement dans l’espace Covid-19 ou orientés en filière classique », explique l'une d'elles.Les urgences de l'hôpital de Villeneuve-Saint-George ont en effet conservé l'organisation en deux parcours depuis la première vague. « Nous avons pas mal d’entrées Covid-19, mais nous avons aussi à côté tous les autres patients. Alors que pendant la première vague de Covid-19, nous n’avions plus que les patients Covid », raconte Danièle, cadre de santé.Une affluence difficile à gérer Les patients ne doivent pas se mélanger alors que l’affluence est de plus en plus compliquée à appréhender. « Les deux flux en même temps, ce n’est pas gérable du tout. Il y a un système de paliers qui est mis en place, on en est déjà au deuxième palier et d’ici très peu de temps on sera au troisième palier, avec des déprogrammations qui sont en train de se faire, explique Corinne Bergeron, la cheffe du service. Mais là, on sait qu’on ne pourra pas tout déprogrammer. À la première vague, le système avait tenu mais là on voit bien qu’on arrive aux limites de notre système et c’est dangereux. » D'autant plus dangereux que la période hivernale n'a pas encore commencé, elle qui en temps normal met déjà les urgences sous tension.La situation sanitaire continue de se dégrader en France. Le pays a enregistré un nouveau record, avec 41 622 nouveaux cas de Covid-19 enregistrés en 24 heures, soit 15 000 de plus que la veille. Il approche ainsi du million de personnes contaminées et le taux de positivité ne cesse de grimper à 14,3% contre 13,7% la veille, et seulement 4,5% début septembre. La France a enregistré 165 nouveaux décès liés au Covid-19 dans les dernières 24 heures et déplore désormais 34 210 morts depuis le début de l'épidémie.► À lire aussi : Covid-19 en France: 38 nouveaux départements et la Polynésie soumis à un couvre-feu

En ce mois de sensibilisation au cancer du sein, l'accent est de nouveau mis sur l'importance du dépistage.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé au total, 115 millions d’euros pour soutenir le secteur.

Quatre lits disponibles sur 55: à l'heure où le couvre-feu est décrété, les services de réanimation des hôpitaux de Strasbourg, déjà très occupés par l'activité automnale habituelle, voient arriver la deuxième vague de l'épidémie avec appréhension, mais aussi davantage d'expérience.

Le Premier ministre, Jean Castex, a nnoncé un renforcement des mesures sanitaires avec notamment l'extension du couvre-feu à 38 départements supplémentaires.

SANTE - Son fabricant, Gilead, souligne que c'était le seul traitement spécifique contre le Covid-19 ainsi autorisé

Le gouvernement a pris de nouvelle mesures pour tenter de freiner la propagation du Covid-19. Damien Mascret, médecin et journaliste santé France Télévisions est sur le plateau du 19/20. “Quand on regarde l’augmentation des hospitalisations, l’augmentation des passages en réanimation, tout cela est le signe que les mesures que l’on avait prises jusqu’alors étaient insuffisantes”, explique-t-il. “C’est monté dans les populations à risque” Mais, comme il le précise, on s’aperçoit que chez les vingtenaires, s’il y avait beaucoup d’augmentation du nombre des cas, ça n’allait pas jusqu’aux seniors. “On pouvait un peu se rassurer du côté du gouvernement”, et puis, au fil des semaines, les autres générations ont également été touchées. “C’est monté dans les populations les plus à risque, qui peuvent elles, faire des formes graves, qui nécessitent des hospitalisations”, ajoute-t-il, d’où les nouvelles mesures restrictives.

Auditeur d'Europe 1, Pierre a croisé son dermatologue sur une application de rencontre et aimerait le fréquenter. Mais est-ce une bonne idée ? Pour notre sexologue Catherine Blanc, si une relation intime devait démarrer, il serait important de mettre fin à la relation professionnelle entre les deux hommes.

PARIS (Reuters) - La France a enregistré pour la première fois plus de 40.000 contaminations dues au coronavirus en 24 heures et se rapproche du seuil symbolique du million de cas, a annoncé jeudi Santé Publique France (SPF), qui a fait état de 41.

Communes les plus touchées, zones épargnées ou métropoles où les chiffres s'affolent : de nouvelles données, publiées jeudi, permettent de dessiner une carte inédite de la circulation du virus en France.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.