Praticien hospitalier : recrutement et emploi

Les praticiens hospitaliers sont des docteurs en médecine, en pharmacie ou en chirurgie-dentaire ayant passé un concours de la fonction publique. Ce cadre de santé va ainsi évoluer dans un écosystème médical complet et enrichissant. Les praticiens hospitaliers exercent leurs fonctions dans les hôpitaux ou encore dans les EHPAD du secteur public. Le concours de praticien hospitalier est un concours annuel, organisé au niveau national. Découvrez toutes nos offres d’emploi sur notre site Le recruteur Médical.

Le statut de praticien hospitalier

La profession de praticien hospitalier s'est organisée pour assurer la défense de son statut. Ainsi, l'intersyndicale nationale des praticiens hospitaliers regroupe plusieurs syndicats de médecins avec pour vocation de leur garantir le meilleur statut possible. La rémunération du praticien hospitalier est fixée par décret. Elle est donc sans surprise et dépend de l'échelon du praticien hospitalier.

 

Les praticiens hospitaliers ont chacun leur spécialisation : gériatrie, gynécologie, chirurgie, pédiatrie, oncologie, cardiologie, radiologie, chirurgie ambulatoire, addictologie, médecine interne …

Les conditions de travail des praticiens hospitaliers

Selon la fédération hospitalière de France, les praticiens hospitaliers bénéficieraient de bonnes conditions de travail. Cela serait dû à l'état d'avancement de la science et des technologies offertes aux praticiens hospitaliers. Si les cadres hospitaliers intègrent la fonction publique hospitalière, ils ne sont pas pour autant fonctionnaire à proprement parlé. A savoir que les lois et autres règlements du statut général de la fonction publique ne sont pas directement applicables. L’enjeu de leur conférer une indépendance technique du fait de la déontologie médicale.

Pourquoi choisir de devenir praticien hospitalier ?

Certains médecins souhaitent bénéficier d'un cadre, d'une structure stable dans laquelle ils vont pouvoir s'épanouir et offrir leurs compétences médicales en toute humanité.

Devenir praticien hospitalier, c'est faire le choix d'une action désintéressée et enrichissante personnellement. Être au plus près des patients et surtout chercher des protocoles pour traiter la douleur des malades, apporter un soutien aux familles, mais surtout d’avoir à disposition une équipe médicale complète lorsque le patient nécessite des analyses approfondies par différents spécialistes médicaux. Le dossier médical passe ainsi de service en service pour proposer un diagnostic et une prise en charge les plus performantes.

Aucune charge de cabinet à assumer, pas d'inscription à l'URSSAF, une couverture sécurité sociale et une retraite sans surprise, sans être soumis aux aléas d'une vie professionnelle libérale, une situation des plus appréciables pour les praticiens hospitaliers exerçant à temps plein. Ceci étant, les praticiens hospitaliers ont la possibilité d'exercer leurs fonctions hospitalières à temps plein ou à temps partiel. Cela permet d’avoir des consultations externes et/ou d’exercer dans un cabinet privé article R6152-222 du code de la santé publique) à côté.

Ceci est une bonne solution pour offrir aux médecins des conditions de travail sûres, détendues, détachées de tout stress libéral tout en leur permettant de cumuler les avantages d'un exercice libéral. Précisons que ce cumul de statut n'est pas ouvert aux praticiens hospitaliers à temps plein.

Sur Le recruteur Médical découvrez toutes les offres d’emplois de praticiens hospitaliers dans différentes spécialisations.

 

VOIR LES OFFRES

 

 

 

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Donald Trump a officiellement lancé la procédure de retrait des Etats-Unis de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), mettant à exécution ses menaces de quitter l'agence onusienne qu'il accuse d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus.

La notification sera effective au terme d'un délai d'un an, soit le 6 juillet 2021, ont précisé plusieurs responsables du gouvernement américain, plus gros contributeur de l'organisation.

Les autorités australiennes veulent empêcher l’épidémie de repartir. 191 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés en 24 heures dans l’État de Victoria. Dans les logements sociaux, 3000 habitants ont été pris au piège, mis en quatorzaine. Une résidence sous haute surveillance, puisqu’elle est le nouveau foyer de l’épidémie en Australie. À l’intérieur, une cinquantaine d’habitants ont été testés positifs. "Aucune considération pour les personnes âgées" Protégés de la tête au pied, les soignants se relaient pour aider les malades et tester les autres. Sur les fenêtres, des appels au secours. En effet, confinés en urgence, certains se sont retrouvés en détresse. "Il n’y a aucune considération pour les personnes âgées, les personnes à risque comme ma mère", raconte un Australien. "Nous n’avons aucun moyen de lui venir en aide", rajoute-t-il. Melbourne a de son côté reconfiné les cinq millions d’habitants.

L'épidémiologiste et directeur de l’Institut de santé globale de l'université de Genève estime sur franceinfo que le confinement généralisé "doit être une arme de dernier recours".

La forte hausse du nombre de bacheliers admis cette année témoigne selon le syndicat d'enseignants des "défauts du contrôle continu" et son côté "un peu fait-maison".

Auprès du "Figaro", le directeur général de la Santé précise la stratégie du gouvernement pour faire face à une éventuelle seconde vague.

Le directeur général de l'organisation professionnelle de l'habillement et de la chaussure rappelle que le secteur est en difficulté depuis dix ans du fait d’Internet, de la concurrence sur les prix et de l'émergence de très nombreux acteurs.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a averti mardi que « l'épidémie s'accélérait » et reconnu que des « preuves émergeaient » sur la transmission par l'air du Covid-19, après qu'un groupe de 239 scientifiques internationaux a sonné l'alarme sur ce mode de contagion.Plus de 200 scientifiques internationaux ont exhorté l'OMS et la communauté médicale internationale à « reconnaître le potentiel de transmission aérienne du Covid-19 », dans une lettre ouverte publiée lundi dans la revue Clinical Infectious Diseases d'Oxford.Une position que l'organisation doit revoir, selon Isabella Annesi-Maesano, l’une des signataires de la lettre. Elle est directrice de recherche à l’Inserm, épidémiologiste spécialiste des maladies allergiques et respiratoires.« Nous reconnaissons que des preuves émergent dans ce domaine et par conséquent nous devons être ouverts à cette possibilité et comprendre ses implications », a déclaré Benedetta Allegranzi, une responsable de l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle.« La possibilité d'une transmission par voie aérienne dans les lieux publics, particulièrement bondés, ne peut pas être exclue. Les preuves doivent toutefois être rassemblées et interprétées », a poursuivi Mme Allegranzi, en recommandant « une ventilation efficace dans les lieux fermés, une distanciation physique ». « Lorsque ce n'est pas possible, nous recommandons le port du masque », a-t-elle ajouté.L'OMS, déjà critiquée pour avoir tardé à recommander les masques, a été accusée de refuser de voir l'accumulation d'indices d'une propagation par l'air du virus qui a tué plus de 500 000 personnes dans le monde en six mois.« L'épidémie s'accélère et nous n'avons pas atteint le pic de la pandémie », a mis en garde le directeur général de l'OMS, lors de la conférence de presse.► À lire aussi : Coronavirus aux États-Unis: les contaminations montent en flèche, notamment dans le sud« Si le nombre de décès semble s'être stabilisé au niveau mondial, en réalité, certains pays ont fait des progrès significatifs dans la réduction du nombre de décès, alors que dans d'autres pays, les décès sont toujours en augmentation », a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus, rappelant que 11,4 millions de cas sont recensés dans le monde, et que le virus a tué plus de 535 000 personnes.(Avec AFP)

Un cas exceptionnel a été présenté lors de la 23e conférence internationale sur le sida: un homme ne présente plus aucune trace du VIH alors qu'il n'a pas été opéré. Une première.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.