Le médecin du travail : recrutement et emploi

Bref historique de la médecine du travail

L'historique des prémices de la médecine du travail remonte au 16ème siècle mais la médecine du travail elle - même, en France, a commencé son véritable développement dans les années 30.

En 1930, le premier institut de médecine du travail était créé à Lyon par le professeur Mazel.

Les années 40 représentent un tournant décisif avec l'apparition de lois destinées à la protection de la santé des salariés au travail.

Depuis lors, la médecine du travail n'a eu de cesse de se promouvoir et de changer au fil du temps, des besoins et des inspirations nationales et européennes, avec notamment la transposition des directives européennes de 1989 par la loi du 31 décembre 1991. Cela a aussi modifié le recrutement du médecin du travail.

Un essor croissant d'une médecine du travail qui n'a de cesse de s'adapter aux exigences des uns pour tenter de garantir aux travailleurs le meilleur. D'où aussi une évolution de la formation du médecin de PMI.

 Une mission lourde de conséquences pour des médecins du travail pleinement investis et parfois démoralisés face à l'absence d'écho à leurs propositions....

 

La mission et le recrutement du médecin du travail

Le médecin du travail exerce un rôle de prévention des risques inhérents au travail.

Il assure une surveillance des conditions d'exercice professionnel des salariés.

Les actions du médecin du travail consistent à conseiller l'employeur et à l'informer des risques encourus par les salariés de l'entreprise, il veille ainsi à l'amélioration des conditions de travail.

Sa réflexion interne peut conduire à des modifications professionnelles telle l'adaptation des postes et rythmes de travail au besoin physiologique des travailleurs.

Par delà la simple observance des habitudes de travail et des rythmes imposés, le médecin de travail assure également une protection des salariés face aux risques d'accident de travail, des produits nocifs etc...

Il est également investi d'une mission de formation préventive de secourisme (protocole d'évacuation des blessés...), reste garant du respect du handicap des salariés par l'employeur et  veille aussi à l'hygiène de l'établissement.

La médecine du travail est une spécialité pluridisciplinaire chargée en responsabilités, difficile à mettre en œuvre face au manque de moyens et à la pénurie de médecins du travail.


Comment devenir médecin du travail

Pour devenir médecin du travail, il faut avoir un certificat d'études spéciales de médecine du travail (CES médecine du travail) ou un diplôme d'études spécialisées de médecine du travail. (DES médecine du travail).

Cette spécialisation s'acquiert en 4 ans après l'internat.

Le nombre de places affectées à la profession est resté limité mais s'est accru au fil du temps compte tenu de la nécessité de faire face à la pénurie. Devenir médecin du travail n'est donc plus si difficile.

Un autre moyen d'attirer de nouvelles recrues au sein de la profession de médecin du travail a été de permettre aux médecins exerçant depuis plus de 3 ans d'accéder à la spécialisation par voie de concours (« l'internat européen »).

De même, les médecins libéraux faisant état de 15 ans d'ancienneté ont pu entrevoir une reconversion professionnelle et acquérir la spécialisation de médecin du travail.

 

Le statut du médecin du travail

Le médecin du travail est spécifique puisqu'il est avant tout salarié, ce qui ne le place pour autant pas dans une situation de dépendance.

En effet, un mécanisme de sauvegarde de son indépendance existe bien,  sa nomination et son licenciement ne pouvant avoir lieu qu'avec l'accord d'instances représentatives du personnel (comité d'entreprise, comité interentreprises ou commission de contrôle ad hoc). 

La médecine du travail est placée sous la surveillance des représentants du personnel et le contrôle des services du ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale.

Elle est au cœur de l'action préventive en faveur des salariés et demeure une spécialité en constante réflexion sur elle - même et sur son devenir...

VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

unsignepouralzheimer. C’est la campagne de communication que vous avez sans doute vu passer sur les réseaux sociaux en ce 21 septembre, journée dédiée à la maladie d’Alzheimer. Un appel initié par l’association de malades et de leurs proches France Alzheimer, pour inciter les Français à faire un don. Pour soutenir la recherche bien sûr, mais […]

À partir de ce mardi, les règles s'assouplissent dans les établissements du premier degré.

Les deux zoonoses que sont la toxocarose et l’échinococcose sont des préoccupations constantes de santé publique. L’une et l’autre peuvent se développer insidieusement et sans symptôme spécifique chez votre animal, jusqu’au développement de pathologies invalidantes voire mortelles dans des cas extrêmes. Chiots et chatons devront être vermifugés chaque mois pendant 6 mois. Puis il est […]

Ce mardi 22 septembre en France entre en vigueur un protocole allégé dans les écoles maternelles et élémentaires. Tandis que l’on assiste à un rebond de l’épidémie, les règles concernant les cas contacts d’un élève positif au coronavirus vont être assouplies. Objectif : éviter autant que possible la fermeture de classes ou d’écoles.Ce protocole redéfinit ce qu’est un cas contact à risque dans les établissements scolaires, un milieu où les adultes sont masqués, mais pas les élèves puisque l’obligation démarre au collège. Désormais si un enseignant portant un masque donc, a côtoyé un élève positif au coronavirus, il ne devra plus s’isoler ; jusqu’alors son isolement impliquait une fermeture de classe.Concernant les enfants :  si l’un d’eux est testé positif, ses camarades ne seront plus considérés comme cas contact ; la classe pourra continuer de se tenir - la fermeture n’intervenant qu’à partir de 3 cas positifs.Le ministère de l’Éducation nationale précise que ces nouvelles dispositions s’appuient sur un avis du Haut conseil de la santé publique. Selon cet avis, les enfants sont peu à risque de développer des formes graves et sont peu contaminés. Ils seraient aussi peu contagieux, précise l’instance. Mais ce point fait débat parmi les scientifiques dans le monde. En tout cas, le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, s’élève contre cette redéfinition des cas contacts au sein des écoles, qui vise selon lui « à maintenir une scolarité coûte que coûte et qui fait prendre le risque, d'une exposition à la contamination des élèves et des personnels. »

Kane Tanaka est devenue la personne la plus âgée de l’histoire du Japon à l’âge de 117 ans. Elle fêté ce nouveau record avec une bouteille de Coca.

La société savante anticipe un risque potentiel de saturation dans les hôpitaux, en raison de la reprise épidémique du Covid-19 et des cas de grippe. La situation ne doit pas être empirée par "l'incapacité des soignants malades".

"Il faut qu'on ait des processus très clairs et ce n'est pas le cas", déplore lundi sur franceinfo Stéphane Crochet, alors que le gouvernement a annoncé dimanche soir l'entrée en vigueur, dès mardi, d'un protocole sanitaire allégé dans les écoles.

C'est prouvé : la perte d'odorat (ou anosmie) est bien un symptôme de l'infection à coronavirus Sars-CoV-2. Et 6 mois après le début de la pandémie, les scientifiques en ont appris un peu plus sur l'origine et les délais de récupération. Voici ce que l'on sait.

Le ministère de l'Education nationale a annoncé dimanche de nouvelles règles concernant les cas de coronavirus dans les écoles maternelles et élémentaires. Elles entreront en vigueur mardi.

À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer, le docteur d'Europe 1 Jimmy Mohamed revient sur l'influence que pourraient avoir notre comportement et nos habitudes sur l'apparition des symptômes de la maladie.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.