Situation des gynécologues en France

En 2009, il y aurait environ 2000 gynécologues recensés en France et en exercice.

En 10 ans, le nombre de gynécologues médicaux aurait augmenté d'environ 16%. C'est ce que nous révèle une étude très récente (février 2011) réalisée par l'observatoire national de démographie des professions de santé.

On distingue les gynécologues médicaux des gynécologues obstétriciens.

La profession de gynécologue est majoritairement représentée par les femmes et cette situation devrait continuer.

La très grande majorité des gynécologues ont choisi d'exercer en mode libéral et non en tant que praticien hospitalier malgré les charges notamment en termes de responsabilité professionnelle et de cotisations ordinales et autres.

Alors que les autres spécialistes sont en général âgés d'environ 50 ans, on constate une moyenne d'âge un plus élevée chez les gynécologues qui se rapprocheraient plutôt de la soixantaine.

Des inquiétudes sont à avoir quant au renouvellement des postes de gynécologues compte tenu des départs en retraite à prévoir.

Gynécologue médical ou gynécologue obstétrique ?

 

Assez communes, mais très distinctes, la gynécologie et l’obstétrique vont s’intéresser à la femme différemment. La première va suivre la femme tout le long de sa vie quant à la deuxième, elle va se pencher sur la période où la femme sera enceinte, du suivi de grossesse à la préparation à la naissance.

Être gynécologue médical, c'est avoir un diplôme de spécialiste appliqué au traitement des femmes et de leur appareil génital (suivi de la femme, octroi de la contraception, traitement des pathologies). Activité préventive, curative, le gynécologue intervient à toutes les phases de la vie de la femme, de sa puberté, à sa ménopause.

En cas de grossesse, le gynécologue obstétrique pourra assurer le suivi de la patiente.

Certains gynécologues pratiquent la gynécologie médicale associée à la gynécologie obstétrique.

D'autres ont choisi de n'exercer que l'une ou l'autre des spécialités. Les gynécologues sont débordés en raison de leur pénurie. Les délais d'attente pour obtenir une consultation chez le gynécologue varient d'une région à l'autre et peuvent tourner aux alentours d'une moyenne de 49 jours.

 

La formation en gynécologie ?

 

À l'issue des examens classant nationaux, l'étudiant en médecine choisit sa spécialisation en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique. Pour être gynécologue, l'étudiant doit soutenir une thèse.

Pour devenir gynécologue, il faudra avoir obtenu sa L1 santé en s’inscrivant en PACES – Première année commune des études de santé – qui est sous format concours. Le concours de PACES est très sélectif et permet à seulement 15% environ des étudiants d’accéder à leur deuxième année. Une moitié des 15% sont redoublants. En début d’année, après avoir choisi sa spécialité en médecine, il restera 3 années théorique et pratique sur la pathologie, la thérapeutique et prévention. Après quelques stages et une validation de ces années théoriques, l’étudiant choisit sa spécialité en gynécologie médicale ou gynécologie obstétrique ainsi que la région souhaitée pour effectuer son internat en 6e année.

Le choix de la spécialité et de la région sera accepté ou refusé en fonction de ton classement au ECN – examen classant national.

La formation pour se spécialiser en médicale ou obstétrique dure 4 ou 5 ans qui donnera lieu à un diplôme d’études spécialisé. Après le DES et une soutenance de thèse, l’étudiant obtient le diplôme d’État de docteur en médecine et est officiellement gynécologue.

L’internat de gynécologie-obstétrique demande de grandes compétences à acquérir ainsi que des contraintes physique et mentale (gardes, validation de différents diplômes universitaires, etc.). Ces multiples contraintes ne poussent pas les étudiants à se pencher dans cette spécialité, dont le manque flagrant de gynécologues en France.

 

La vie du gynécologue

 

Avant de devenir gynécologue et de se spécialiser dans les organes génitaux féminins (ovaires, utérus), il faut avoir une vraie passion. La vie de ce médecin spécialiste sera rythmée par des conférences, débats, formations et rencontres avec d’autres confrères. Le milieu médical propose de nombreuses occasions pour échanger et participer à l’amélioration des traitements de sa patientèle.

Le gynécologue médical choisit soit de pratiquer en profession libérale ou parfois, en milieu hospitalier pour être fourni en équipements médicaux développés.

Le quotidien d’un obstétricien est varié et très formateur. Ils utilisent de nombreux gestes qui rythment leurs journées : pose d’un stérilet, amniocentèse, échographie anténatale, extraction instrumentale, etc.

 

Remplacement gynécologie obstétrique

 

L’obstétrique va s’intéresser essentiellement à la femme enceinte et au foetus. Le gynécologue obstétricien ou l’obstétricien aura donc en charge deux patients et maîtrisera des compétences médicales et chirurgicales. Il procédera à un diagnostic prénatal à chaque visite ainsi qu’une échographie pour vérifier la santé du bébé et de la future maman. Il est souvent secondé d’une sage-femme ou une infirmière qui suivront plus les grossesses normales sans pathologie.

L’obstétricien va surveiller la grossesse et indiquera si la grossesse devra être faite par césarienne ou par voies naturelles.

Le gynécologue obstétricien peut également gérer le suivi gynécologique classique touchant l’appareil génital de la femme : vulve, vagin, utérus, trompes et ovaires.

 

Ce métier aux multiples facettes permet de donner aux gynécologue médical et gynécologue obstétricien des quotidiens variés et enrichis.

 

 


VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Un pharmacien bordelais a été suspendu une semaine pour avoir refusé de vendre des contraceptifs, par conviction religieuse.

Dans le Roannais, près de Lyon, une cabine de télémédecine a été installée dans une pharmacie. Objectif : compenser le manque de médecins.

La reconversion professionnelle a de nombreuses retombées bénéfiques sur la santé et le bien-être. Qui n'a jamais eu envie, durant les heures de travail, de tout recommencer et de changer de métier? Ce n'est pas une si mauvaise idée, pour peu d'avoir prévu un «après» et de s'être fixé de solides ...

En janvier 2016, un essai thérapeutique portant sur un anti-douleur (molécule BIA-102474) est mené à Rennes par le laboratoire Biotrial pour le compte d'un groupe pharmaceutique établi au Portugal : Bial. Cet essai a tourné au drame : cinq des patients volontaires ont dû être hospitalisés pour de graves troubles neurologiques et l'un d'entre eux est décédé. Il s'appelait Guillaume Molinet, il avait 49 ans. Laurent Molinet, frère de Guillaume Molinet, et maître Jean-Christophe Coubris, avocat de la famille du défunt, étaient les invités du Magazine de la santé ce mardi 15 mars 2016.

A l'occasion de la semaine (du 14 au 19 mars) du don moelle osseuse, l'Agence de biomédecine communique pour mobiliser les hommes à s'inscrire au registre du don. Entretien avec le Dr Evelyne Marry, directrice du Registre France Greffe de Moelle à l'Agence de biomédecine.

La justice l'a confirmé : il n'est pas possible d'avérer un lien entre la vaccination contre l’hépatite B et l’apparition de certaines maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques. En ouverture du Magazine de la Santé du 15 mars 2016, Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse ont adressé un "carton rouge" aux journalistes et médecins qui, dix-sept années durant, ont alimenté la polémique sur la dangerosité de ce vaccin.

C’était une décision de justice très attendue, après 17 années de procédure. Elle est tombée le 9 mars dernier : il n’existe pas de "causalité certaine" entre la vaccination contre l’hépatite B et l’apparition de certaines maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques.

Activités physiques, nutrition, gestion du stress... Aujourd'hui la prévention se trouve au coeur des préoccupations de notre système de santé. Problème, encore peu de Français adoptent les bons réflexes. C'est dans ce cadre que sera organisé le 30 mars le lancement des ateliers « En av

Parce qu'ils protègent vos yeux et mettent votre regard en valeur, vos sourcils méritent tous vos soins. Mais quels sont gestes et accessoires pour dessiner une jolie ligne, naturelle et adaptée à la forme de votre visage ? Pour une épilation maison réussie, oubliez définitivement le raso

Bientôt fini le temps des injections douloureuses d'insuline pour les diabétiques ? Peut-être, avec ce nouvel outil thérapeutique indolore et efficace.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.