Situation des gynécologues en France

En 2009, il y aurait environ 2000 gynécologues recensés en France et en exercice.

En 10 ans, le nombre de gynécologues médicaux aurait augmenté d'environ 16%. C'est ce que nous révèle une étude très récente (février 2011) réalisée par l'observatoire national de démographie des professions de santé.

On distingue les gynécologues médicaux des gynécologues obstétriciens.

La profession de gynécologue est majoritairement représentée par les femmes et cette situation devrait continuer.

La très grande majorité des gynécologues ont choisi d'exercer en mode libéral et non en tant que praticien hospitalier malgré les charges notamment en termes de responsabilité professionnelle et de cotisations ordinales et autres.

Alors que les autres spécialistes sont en général âgés d'environ 50 ans, on constate une moyenne d'âge un plus élevée chez les gynécologues qui se rapprocheraient plutôt de la soixantaine.

Des inquiétudes sont à avoir quant au renouvellement des postes de gynécologues compte tenu des départs en retraite à prévoir.

Gynécologue médical ou gynécologue obstétrique ?

 

Assez communes, mais très distinctes, la gynécologie et l’obstétrique vont s’intéresser à la femme différemment. La première va suivre la femme tout le long de sa vie quant à la deuxième, elle va se pencher sur la période où la femme sera enceinte, du suivi de grossesse à la préparation à la naissance.

Être gynécologue médical, c'est avoir un diplôme de spécialiste appliqué au traitement des femmes et de leur appareil génital (suivi de la femme, octroi de la contraception, traitement des pathologies). Activité préventive, curative, le gynécologue intervient à toutes les phases de la vie de la femme, de sa puberté, à sa ménopause.

En cas de grossesse, le gynécologue obstétrique pourra assurer le suivi de la patiente.

Certains gynécologues pratiquent la gynécologie médicale associée à la gynécologie obstétrique.

D'autres ont choisi de n'exercer que l'une ou l'autre des spécialités. Les gynécologues sont débordés en raison de leur pénurie. Les délais d'attente pour obtenir une consultation chez le gynécologue varient d'une région à l'autre et peuvent tourner aux alentours d'une moyenne de 49 jours.

 

La formation en gynécologie ?

 

À l'issue des examens classant nationaux, l'étudiant en médecine choisit sa spécialisation en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique. Pour être gynécologue, l'étudiant doit soutenir une thèse.

Pour devenir gynécologue, il faudra avoir obtenu sa L1 santé en s’inscrivant en PACES – Première année commune des études de santé – qui est sous format concours. Le concours de PACES est très sélectif et permet à seulement 15% environ des étudiants d’accéder à leur deuxième année. Une moitié des 15% sont redoublants. En début d’année, après avoir choisi sa spécialité en médecine, il restera 3 années théorique et pratique sur la pathologie, la thérapeutique et prévention. Après quelques stages et une validation de ces années théoriques, l’étudiant choisit sa spécialité en gynécologie médicale ou gynécologie obstétrique ainsi que la région souhaitée pour effectuer son internat en 6e année.

Le choix de la spécialité et de la région sera accepté ou refusé en fonction de ton classement au ECN – examen classant national.

La formation pour se spécialiser en médicale ou obstétrique dure 4 ou 5 ans qui donnera lieu à un diplôme d’études spécialisé. Après le DES et une soutenance de thèse, l’étudiant obtient le diplôme d’État de docteur en médecine et est officiellement gynécologue.

L’internat de gynécologie-obstétrique demande de grandes compétences à acquérir ainsi que des contraintes physique et mentale (gardes, validation de différents diplômes universitaires, etc.). Ces multiples contraintes ne poussent pas les étudiants à se pencher dans cette spécialité, dont le manque flagrant de gynécologues en France.

 

La vie du gynécologue

 

Avant de devenir gynécologue et de se spécialiser dans les organes génitaux féminins (ovaires, utérus), il faut avoir une vraie passion. La vie de ce médecin spécialiste sera rythmée par des conférences, débats, formations et rencontres avec d’autres confrères. Le milieu médical propose de nombreuses occasions pour échanger et participer à l’amélioration des traitements de sa patientèle.

Le gynécologue médical choisit soit de pratiquer en profession libérale ou parfois, en milieu hospitalier pour être fourni en équipements médicaux développés.

Le quotidien d’un obstétricien est varié et très formateur. Ils utilisent de nombreux gestes qui rythment leurs journées : pose d’un stérilet, amniocentèse, échographie anténatale, extraction instrumentale, etc.

 

Remplacement gynécologie obstétrique

 

L’obstétrique va s’intéresser essentiellement à la femme enceinte et au foetus. Le gynécologue obstétricien ou l’obstétricien aura donc en charge deux patients et maîtrisera des compétences médicales et chirurgicales. Il procédera à un diagnostic prénatal à chaque visite ainsi qu’une échographie pour vérifier la santé du bébé et de la future maman. Il est souvent secondé d’une sage-femme ou une infirmière qui suivront plus les grossesses normales sans pathologie.

L’obstétricien va surveiller la grossesse et indiquera si la grossesse devra être faite par césarienne ou par voies naturelles.

Le gynécologue obstétricien peut également gérer le suivi gynécologique classique touchant l’appareil génital de la femme : vulve, vagin, utérus, trompes et ovaires.

 

Ce métier aux multiples facettes permet de donner aux gynécologue médical et gynécologue obstétricien des quotidiens variés et enrichis.

 

 


VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

En ce mois de sensibilisation au cancer du sein, l'accent est de nouveau mis sur l'importance du dépistage.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé au total, 115 millions d’euros pour soutenir le secteur.

Quatre lits disponibles sur 55: à l'heure où le couvre-feu est décrété, les services de réanimation des hôpitaux de Strasbourg, déjà très occupés par l'activité automnale habituelle, voient arriver la deuxième vague de l'épidémie avec appréhension, mais aussi davantage d'expérience.

Le Premier ministre, Jean Castex, a nnoncé un renforcement des mesures sanitaires avec notamment l'extension du couvre-feu à 38 départements supplémentaires.

SANTE - Son fabricant, Gilead, souligne que c'était le seul traitement spécifique contre le Covid-19 ainsi autorisé

Le gouvernement a pris de nouvelle mesures pour tenter de freiner la propagation du Covid-19. Damien Mascret, médecin et journaliste santé France Télévisions est sur le plateau du 19/20. “Quand on regarde l’augmentation des hospitalisations, l’augmentation des passages en réanimation, tout cela est le signe que les mesures que l’on avait prises jusqu’alors étaient insuffisantes”, explique-t-il. “C’est monté dans les populations à risque” Mais, comme il le précise, on s’aperçoit que chez les vingtenaires, s’il y avait beaucoup d’augmentation du nombre des cas, ça n’allait pas jusqu’aux seniors. “On pouvait un peu se rassurer du côté du gouvernement”, et puis, au fil des semaines, les autres générations ont également été touchées. “C’est monté dans les populations les plus à risque, qui peuvent elles, faire des formes graves, qui nécessitent des hospitalisations”, ajoute-t-il, d’où les nouvelles mesures restrictives.

Auditeur d'Europe 1, Pierre a croisé son dermatologue sur une application de rencontre et aimerait le fréquenter. Mais est-ce une bonne idée ? Pour notre sexologue Catherine Blanc, si une relation intime devait démarrer, il serait important de mettre fin à la relation professionnelle entre les deux hommes.

PARIS (Reuters) - La France a enregistré pour la première fois plus de 40.000 contaminations dues au coronavirus en 24 heures et se rapproche du seuil symbolique du million de cas, a annoncé jeudi Santé Publique France (SPF), qui a fait état de 41.

Communes les plus touchées, zones épargnées ou métropoles où les chiffres s'affolent : de nouvelles données, publiées jeudi, permettent de dessiner une carte inédite de la circulation du virus en France.

Ils dénoncent un véritable "scandale sanitaire". Face à des professionnels de santé qui prétendent "guérir" l'autisme par des traitements antiobiotiques, des familles et une lanceuse d'alerte se mobilisent.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.