Situation des gynécologues en France

En 2009, il y aurait environ 2000 gynécologues recensés en France et en exercice.

En 10 ans, le nombre de gynécologues médicaux aurait augmenté d'environ 16%. C'est ce que nous révèle une étude très récente (février 2011) réalisée par l'observatoire national de démographie des professions de santé.

On distingue les gynécologues médicaux des gynécologues obstétriciens.

La profession de gynécologue est majoritairement représentée par les femmes et cette situation devrait continuer.

La très grande majorité des gynécologues ont choisi d'exercer en mode libéral et non en tant que praticien hospitalier malgré les charges notamment en termes de responsabilité professionnelle et de cotisations ordinales et autres.

Alors que les autres spécialistes sont en général âgés d'environ 50 ans, on constate une moyenne d'âge un plus élevée chez les gynécologues qui se rapprocheraient plutôt de la soixantaine.

Des inquiétudes sont à avoir quant au renouvellement des postes de gynécologues compte tenu des départs en retraite à prévoir.

Gynécologue médical ou gynécologue obstétrique ?

 

Assez communes, mais très distinctes, la gynécologie et l’obstétrique vont s’intéresser à la femme différemment. La première va suivre la femme tout le long de sa vie quant à la deuxième, elle va se pencher sur la période où la femme sera enceinte, du suivi de grossesse à la préparation à la naissance.

Être gynécologue médical, c'est avoir un diplôme de spécialiste appliqué au traitement des femmes et de leur appareil génital (suivi de la femme, octroi de la contraception, traitement des pathologies). Activité préventive, curative, le gynécologue intervient à toutes les phases de la vie de la femme, de sa puberté, à sa ménopause.

En cas de grossesse, le gynécologue obstétrique pourra assurer le suivi de la patiente.

Certains gynécologues pratiquent la gynécologie médicale associée à la gynécologie obstétrique.

D'autres ont choisi de n'exercer que l'une ou l'autre des spécialités. Les gynécologues sont débordés en raison de leur pénurie. Les délais d'attente pour obtenir une consultation chez le gynécologue varient d'une région à l'autre et peuvent tourner aux alentours d'une moyenne de 49 jours.

 

La formation en gynécologie ?

 

À l'issue des examens classant nationaux, l'étudiant en médecine choisit sa spécialisation en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique. Pour être gynécologue, l'étudiant doit soutenir une thèse.

Pour devenir gynécologue, il faudra avoir obtenu sa L1 santé en s’inscrivant en PACES – Première année commune des études de santé – qui est sous format concours. Le concours de PACES est très sélectif et permet à seulement 15% environ des étudiants d’accéder à leur deuxième année. Une moitié des 15% sont redoublants. En début d’année, après avoir choisi sa spécialité en médecine, il restera 3 années théorique et pratique sur la pathologie, la thérapeutique et prévention. Après quelques stages et une validation de ces années théoriques, l’étudiant choisit sa spécialité en gynécologie médicale ou gynécologie obstétrique ainsi que la région souhaitée pour effectuer son internat en 6e année.

Le choix de la spécialité et de la région sera accepté ou refusé en fonction de ton classement au ECN – examen classant national.

La formation pour se spécialiser en médicale ou obstétrique dure 4 ou 5 ans qui donnera lieu à un diplôme d’études spécialisé. Après le DES et une soutenance de thèse, l’étudiant obtient le diplôme d’État de docteur en médecine et est officiellement gynécologue.

L’internat de gynécologie-obstétrique demande de grandes compétences à acquérir ainsi que des contraintes physique et mentale (gardes, validation de différents diplômes universitaires, etc.). Ces multiples contraintes ne poussent pas les étudiants à se pencher dans cette spécialité, dont le manque flagrant de gynécologues en France.

 

La vie du gynécologue

 

Avant de devenir gynécologue et de se spécialiser dans les organes génitaux féminins (ovaires, utérus), il faut avoir une vraie passion. La vie de ce médecin spécialiste sera rythmée par des conférences, débats, formations et rencontres avec d’autres confrères. Le milieu médical propose de nombreuses occasions pour échanger et participer à l’amélioration des traitements de sa patientèle.

Le gynécologue médical choisit soit de pratiquer en profession libérale ou parfois, en milieu hospitalier pour être fourni en équipements médicaux développés.

Le quotidien d’un obstétricien est varié et très formateur. Ils utilisent de nombreux gestes qui rythment leurs journées : pose d’un stérilet, amniocentèse, échographie anténatale, extraction instrumentale, etc.

 

Remplacement gynécologie obstétrique

 

L’obstétrique va s’intéresser essentiellement à la femme enceinte et au foetus. Le gynécologue obstétricien ou l’obstétricien aura donc en charge deux patients et maîtrisera des compétences médicales et chirurgicales. Il procédera à un diagnostic prénatal à chaque visite ainsi qu’une échographie pour vérifier la santé du bébé et de la future maman. Il est souvent secondé d’une sage-femme ou une infirmière qui suivront plus les grossesses normales sans pathologie.

L’obstétricien va surveiller la grossesse et indiquera si la grossesse devra être faite par césarienne ou par voies naturelles.

Le gynécologue obstétricien peut également gérer le suivi gynécologique classique touchant l’appareil génital de la femme : vulve, vagin, utérus, trompes et ovaires.

 

Ce métier aux multiples facettes permet de donner aux gynécologue médical et gynécologue obstétricien des quotidiens variés et enrichis.

 

 


VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Au Congo-Brazzaville, le paludisme représente la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans, en raison de leur vulnérabilité. Cette pathologie est également, selon la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies qui va prochainement organiser une campagne de distribution gratuite de moustiquaires, la première cause de consultations et d’hospitalisations ; d’absentéisme sur le lieu du travail et à l’école où ses causes et ses conséquences sont enseignées aux élèves. Reportage dans une école de la capitale congolaise.Au premier niveau du principal bâtiment du complexe scolaire la Paillotte qui jouxte le ministère de l’Enseignement, ces élèves de troisième qui chantent viennent de terminer une leçon de sciences de la vie et de la terre portant sur le paludisme.« Est-ce que parmi vous il y a un élève qui peut lever le doigt et nous dire ce qu’on appelle le paludisme », demande le professeur.« Le paludisme ou malaria est une maladie infectieuse qui frappe l’espèce humaine. Elle est provoquée causée par le plasmodium », répond une jeune élève.L’enseignant Antoine Kihindou qui a animé la séance raconte que certains de ses élèves manquent parfois les cours, parce que terrassés par le paludisme.« Ce sont des enfants atteints du paludisme par rapport aux carnets qu’ils présentent. Le diagnostic démontre que c’est le paludisme », affirme-t-il.Selon le Dr Jean-Mermoz Youndouka, coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme, la lutte contre cette pathologie est une priorité pour le pays qui bénéficie souvent de l’appui des partenaires.« Nous avons bénéficié d’un financement du Fonds mondial qui nous a permis d’acquérir 3 millions de moustiquaires qui sont déjà dans nos entrepôts. Nous sommes en train de nous organiser pour les distribuer gratuitement. Elles ne seront jamais vendues », dit le docteur Youndouka.Le paludisme est fréquent au Congo, pays tropical humide où les moustiques ont la possibilité de se multiplier.* * *■ Reportage au Niger : l’anophèle pique aussi en pleine saison sècheAu Niger plus de 3,3 millions de cas de paludisme ont été recensés en 2018 et plus de 3 000 décès, en majorité des enfants en bas âge. Alors que c’est pendant la saison des pluies que le palu tue le plus, actuellement dans les formations sanitaires du pays, l’anophèle pique toujours et en pleine saison sèche. Reportage au service pédiatrique d’un hôpital de district à Niamey.

Dick Rivers est décédé dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 avril. Mais si la disparition du chanteur des suites d'un cancer a surpris ses fans, sa famille s'y préparait comme l'a confié son fils, Pascal Forneri, au micro de RTL.

SCIENCE - Depuis quelques années, la recherche a énormément avancé dans le domaine des “interfaces cerveau-machine”, qui permettent de contrôler par la pensée des actions simples via un ordinateur.

DRAME - La jeune fille de 11 ans était allergique à la protéine de lait, qui entrait dans la composition du dentifrice

A l’hôpital, l’ambiance est toujours aussi électrique. Les agents de trois services de nuit du Centre hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges Lucie et Raymond-Aubrac (CHIV) protestent...

RAPPORT - Alors que l’obésité représente une menace croissante pour la santé publique et que 80 % des adolescents « ne sont pas suffisamment actifs physiquement », l’OMS a jugé nécessaire de dresser une liste de bonnes pratiques pour les enfants de moins de 5 ans

SANTÉ - Des personnes souffrant d’un stade avancé de la maladie de Parkinson retrouvent espoir grâce à un nouveau traitement développé par des chercheurs de la Western University de Londres, en Ontario (Canada). 

« Je n’ai aucun doute. Si mes enfants sont malades, c’est à cause de l’antiépileptique que j’ai pris enceinte ! ». On pourrait croire que Sandrine Duverger, 41 ans, parle ici de la Dépakine. Ce...

C'est l'affaire emblématique du débat sur la fin de vie en France: le Conseil d'Etat a une nouvelle fois mercredi validé la décision médicale d'arrêter les soins de Vincent Lambert, en état végétatif depuis dix ans, contre l'avis de ses parents qui ont aussitôt saisi la justice internationale.

FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour Guillaume Lesdos, face aux enjeux liés à l’émergence de la télémédecine, il est important d’affirmer collectivement notre préférence sociale pour un parcours de soins qui reste connecté au territoire.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.