Situation des gynécologues en France

En 2009, il y aurait environ 2000 gynécologues recensés en France et en exercice.

En 10 ans, le nombre de gynécologues médicaux aurait augmenté d'environ 16%. C'est ce que nous révèle une étude très récente (février 2011) réalisée par l'observatoire national de démographie des professions de santé.

On distingue les gynécologues médicaux des gynécologues obstétriciens.

La profession de gynécologue est majoritairement représentée par les femmes et cette situation devrait continuer.

La très grande majorité des gynécologues ont choisi d'exercer en mode libéral et non en tant que praticien hospitalier malgré les charges notamment en termes de responsabilité professionnelle et de cotisations ordinales et autres.

Alors que les autres spécialistes sont en général âgés d'environ 50 ans, on constate une moyenne d'âge un plus élevée chez les gynécologues qui se rapprocheraient plutôt de la soixantaine.

Des inquiétudes sont à avoir quant au renouvellement des postes de gynécologues compte tenu des départs en retraite à prévoir.

Gynécologue médical ou gynécologue obstétrique ?

 

Assez communes, mais très distinctes, la gynécologie et l’obstétrique vont s’intéresser à la femme différemment. La première va suivre la femme tout le long de sa vie quant à la deuxième, elle va se pencher sur la période où la femme sera enceinte, du suivi de grossesse à la préparation à la naissance.

Être gynécologue médical, c'est avoir un diplôme de spécialiste appliqué au traitement des femmes et de leur appareil génital (suivi de la femme, octroi de la contraception, traitement des pathologies). Activité préventive, curative, le gynécologue intervient à toutes les phases de la vie de la femme, de sa puberté, à sa ménopause.

En cas de grossesse, le gynécologue obstétrique pourra assurer le suivi de la patiente.

Certains gynécologues pratiquent la gynécologie médicale associée à la gynécologie obstétrique.

D'autres ont choisi de n'exercer que l'une ou l'autre des spécialités. Les gynécologues sont débordés en raison de leur pénurie. Les délais d'attente pour obtenir une consultation chez le gynécologue varient d'une région à l'autre et peuvent tourner aux alentours d'une moyenne de 49 jours.

 

La formation en gynécologie ?

 

À l'issue des examens classant nationaux, l'étudiant en médecine choisit sa spécialisation en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique. Pour être gynécologue, l'étudiant doit soutenir une thèse.

Pour devenir gynécologue, il faudra avoir obtenu sa L1 santé en s’inscrivant en PACES – Première année commune des études de santé – qui est sous format concours. Le concours de PACES est très sélectif et permet à seulement 15% environ des étudiants d’accéder à leur deuxième année. Une moitié des 15% sont redoublants. En début d’année, après avoir choisi sa spécialité en médecine, il restera 3 années théorique et pratique sur la pathologie, la thérapeutique et prévention. Après quelques stages et une validation de ces années théoriques, l’étudiant choisit sa spécialité en gynécologie médicale ou gynécologie obstétrique ainsi que la région souhaitée pour effectuer son internat en 6e année.

Le choix de la spécialité et de la région sera accepté ou refusé en fonction de ton classement au ECN – examen classant national.

La formation pour se spécialiser en médicale ou obstétrique dure 4 ou 5 ans qui donnera lieu à un diplôme d’études spécialisé. Après le DES et une soutenance de thèse, l’étudiant obtient le diplôme d’État de docteur en médecine et est officiellement gynécologue.

L’internat de gynécologie-obstétrique demande de grandes compétences à acquérir ainsi que des contraintes physique et mentale (gardes, validation de différents diplômes universitaires, etc.). Ces multiples contraintes ne poussent pas les étudiants à se pencher dans cette spécialité, dont le manque flagrant de gynécologues en France.

 

La vie du gynécologue

 

Avant de devenir gynécologue et de se spécialiser dans les organes génitaux féminins (ovaires, utérus), il faut avoir une vraie passion. La vie de ce médecin spécialiste sera rythmée par des conférences, débats, formations et rencontres avec d’autres confrères. Le milieu médical propose de nombreuses occasions pour échanger et participer à l’amélioration des traitements de sa patientèle.

Le gynécologue médical choisit soit de pratiquer en profession libérale ou parfois, en milieu hospitalier pour être fourni en équipements médicaux développés.

Le quotidien d’un obstétricien est varié et très formateur. Ils utilisent de nombreux gestes qui rythment leurs journées : pose d’un stérilet, amniocentèse, échographie anténatale, extraction instrumentale, etc.

 

Remplacement gynécologie obstétrique

 

L’obstétrique va s’intéresser essentiellement à la femme enceinte et au foetus. Le gynécologue obstétricien ou l’obstétricien aura donc en charge deux patients et maîtrisera des compétences médicales et chirurgicales. Il procédera à un diagnostic prénatal à chaque visite ainsi qu’une échographie pour vérifier la santé du bébé et de la future maman. Il est souvent secondé d’une sage-femme ou une infirmière qui suivront plus les grossesses normales sans pathologie.

L’obstétricien va surveiller la grossesse et indiquera si la grossesse devra être faite par césarienne ou par voies naturelles.

Le gynécologue obstétricien peut également gérer le suivi gynécologique classique touchant l’appareil génital de la femme : vulve, vagin, utérus, trompes et ovaires.

 

Ce métier aux multiples facettes permet de donner aux gynécologue médical et gynécologue obstétricien des quotidiens variés et enrichis.

 

 


VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Certains experts royaux sont formels : Kate Middleton pourrait très bientôt nous annoncer sa quatrième grossesse… mais quels sont ces indices sur lesquels reposent cette théorie ?

Le lieu doit rester secret et les infirmières se cachent le visage pour préserver leur anonymat. À Hong Kong, dans ce centre de soins clandestin, les manifestants prodémocratie blessés peuvent venir se soigner en toute discrétion. C'est le cas de M., roué de coups et traîné par terre par la police il y a une dizaine de jours. "Les hôpitaux publics ne sont pas sûrs pour nous. On risque d'être dénoncé aux autorités et arrêté", raconte-t-il. Alors, il y a ces infirmières de l'ombre qui font partie d'un réseau parallèle de médecins et de soignants, acquis à la cause. Des dizaines de groupes de soignants Contactées à travers les réseaux sociaux, ces deux infirmières s'occupent d'une trentaine de blessés, bénévolement. M. a une fracture au pied et des plaies ouvertes qu'il faut nettoyer régulièrement pour éviter les infections. "On soigne toute sorte de blessures liées aux gaz lacrymogènes, il y a des blessures par balles au caoutchouc, des brûlures diverses. Quand les étudiants se sont échappés de l'université en rappel sur une corde, certains ont eu les mains et les doigts lacérés". Leur groupe s'appelle les infirmières secrètes. Et des organisations comme celle-ci, il y en a des dizaines.

Après l'analyse de trois grandes études prospectives de cohortes, des chercheurs concluent que les produits laitiers ont un effet clairement neutre pour la santé de la population générale. Ni bénéfiques, ni négatifs, ils sont neutres.

Grand moment d’émotion ce dimanche 8 décembre sur le plateau des 12 coups de midi. Camille, une jeune femme de 24 ans atteinte d’un cancer généralisé, a raconté son quotidien difficile face à Jean-Luc Reichmann.

CONTRACEPTION - Depuis 2001, 30 femmes ont vu leur implant Nexplanon migrer dans l’artère pulmonaire

Les jeunes de 13 à 29 ans sont particulièrement concernés. On savait déjà que quelques centaines de personnes étaient décédées en prenant des selfies ces dernières années. Alors que l'utilisation du téléphone augmente -les Français.es passent en moyenne deux heures par jour sur leur smartphone- les blessures liées à celle-ci augmentent également. Une étude, publiée par ...

Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), en Ituri, Médecins sans frontières (MSF) a annoncé l'évacuation temporaire de son personnel de la région de Biakato à la suite de l'attaque du centre de santé de la ville le 3 décembre.C'était l'attaque de trop pour MSF. Le 3 décembre, un groupe armé de bâtons et de machettes a pris d'assaut le centre de santé de Biakato. Si les agresseurs ne sont pas parvenus jusqu'au centre de traitement Ebola et si aucun blessé n'est à déplorer, précise l'ONG, il fallait prendre une décision.« Etant donné que nous ne connaissons ni l’identité ni les motivations des auteurs, il nous est difficile de garantir la sécurité pour nos équipes, explique Narcisse Wega, le coordonnateur des programmes d'urgence de MSF. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’évacuer temporairement nos équipes de Biakato. »Narcisse Wega assure néanmoins que les activités ne se sont pas arrêtées pour autant. « MSF s’est assuré de laisser du matériel nécessaire pour la continuité des soins pour les patients. Lesquels soins se poursuivent par les équipes du ministère de la Santé. Nous sommes là pour les populations mais nous avons une responsabilité vis-à-vis des équipes que nous dépêchons sur place. »Il ne s'agit pas de la première attaque de ce type dans la région. La même nuit, un autre groupe a attaqué la base MSF de Biakato Mines en jetant des pierres et dans la nuit du 27 au 28 novembre, une attaque meurtrière a été perpétrée contre des personnes travaillant dans le cadre de la réponse à l'épidémie d'Ebola.Peur d'un retour de la maladiePour empêcher que la situation ne dégénère encore, le professeur Jean-Jacques Muyembe, coordinateur national de la riposte Ebola, en appelle notamment à la population. « Tout ce que nous disons c’est : accepter que le virus existe bel et bien, déclare-t-il. Là où nous avons obtenu la coopération, l’implication de la population, comme à Beni, à Mangina, nous arrivons vite à la maîtrise de la situation. Les chaînes de transmission sont rompues et il n’y a plus de cas. »« Les cas que nous avons actuellement viennent plus ou moins de Luemba et de Biakato, qui cherchent les soins et qui sont acceptés à Beni ou à Butembo, poursuit le professeur Jean-Jacques Muyembe. Ce sont donc des endroits où le virus, en principe, ne circulait plus. Et nous avons peur que ces villes, Beni et Butembo, soient réinfectées et que la maladie refasse surface. »Il demande donc à la population d’adopter la même attitude que celle des populations de Beni, de Butembo et de partout ailleurs où l’infection a été maîtrisée. « Ce n’est qu’avec l’implication de la population que nous pouvons arriver à maîtriser cette épidémie, sinon ça va être catastrophique », conclut le professeur Jean-Jacques Muyembe.► (Ré)écouter : Pr. Muyembe, co-découvreur d’Ebola : «Il faut soutenir les chercheurs africains»

Kate Middleton attendrait-elle un heureux événement ? D'après une experte, citée par The Express samedi 7 décembre, la duchesse de Cambridge pourrait bientôt annoncer qu'elle est enceinte d'un quatrième enfant.

Les présidents de la Fnat, Ange Finistrosa, de l'Unaf, Marie-Andrée Blanc, et de l'Unapei, Luc Gateau, appellent dans cette tribune à nommer un délégué interministériel pour donner "plus d'efficience à la politique publique de protection juridique des majeurs".

La maire de La Gresle (Loire) a pris un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés, pour dénoncer la pénurie de médecins.La mesure est délibérément absurde. À La Gresle, petite commune de 850 habitants au centre de la France, la maire a pris un arrêté interdisant aux habitants de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés. Isabelle Dugelet compte ainsi alerter sur la pénurie de soignants et plus globalement, sur « une situation sanitaire catastrophique » dans sa commune et les communes avoisinantes, a-t-elle déclaré à l'AFP.Le secteur est dépourvu de garde médicale car les médecins, trop peu nombreux, en sont dispensés. Le 1er décembre, la maire avait mis deux heures et demie à trouver un médecin pour faire constater le décès d'un résident de l'Ehpad local, précise le quotidien Le Progrès qui a révélé l'information.« Pour les patients, il n'y a pas de solution. »« Il y a un gros ras-le-bol par rapport à ce manque de médecins, qui ne fait que s’accentuer au fil des ans, explique Isabelle Dugelet au micro de RFI. Jusqu’à présent, nous avions une grosse pénurie de médecins, mais bon an, mal an, on arrivait quand même à se faire soigner. Mais le départ en retraite d’un médecin d’un village voisin - bien sûr, nous n’avons pas de médecin sur place - a complètement déstabilisé la population, qui n’a plus de médecin traitant pour la plupart, puisque ce médecin avait une grosse patientèle. »« Pour les patients, poursuit-elle, il n’y a pas de solution. J’en ai vu plusieurs ces derniers jours, ils viennent se confier un petit peu à moi. Ce matin, on m’a dit que les habitants de ma commune et du secteur continuent à aller voir sur Lyon un médecin qui a été en remplacement pendant quelques temps sur la commune voisine. Vous vous rendez compte, on est à 75 kilomètres de Lyon ! Et là, ne pas avoir de remplaçant, ne pas avoir de solution de rechange, pour eux, c’est insupportable. »►À lire aussi : Dans la «France oubliée»: un désert médical aux portes de Paris

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.