Situation des gynécologues en France

En 2009, il y aurait environ 2000 gynécologues recensés en France et en exercice.

En 10 ans, le nombre de gynécologues médicaux aurait augmenté d'environ 16%. C'est ce que nous révèle une étude très récente (février 2011) réalisée par l'observatoire national de démographie des professions de santé.

On distingue les gynécologues médicaux des gynécologues obstétriciens.

La profession de gynécologue est majoritairement représentée par les femmes et cette situation devrait continuer.

La très grande majorité des gynécologues ont choisi d'exercer en mode libéral et non en tant que praticien hospitalier malgré les charges notamment en termes de responsabilité professionnelle et de cotisations ordinales et autres.

Alors que les autres spécialistes sont en général âgés d'environ 50 ans, on constate une moyenne d'âge un plus élevée chez les gynécologues qui se rapprocheraient plutôt de la soixantaine.

Des inquiétudes sont à avoir quant au renouvellement des postes de gynécologues compte tenu des départs en retraite à prévoir.

Gynécologue médical ou gynécologue obstétrique ?

 

Assez communes, mais très distinctes, la gynécologie et l’obstétrique vont s’intéresser à la femme différemment. La première va suivre la femme tout le long de sa vie quant à la deuxième, elle va se pencher sur la période où la femme sera enceinte, du suivi de grossesse à la préparation à la naissance.

Être gynécologue médical, c'est avoir un diplôme de spécialiste appliqué au traitement des femmes et de leur appareil génital (suivi de la femme, octroi de la contraception, traitement des pathologies). Activité préventive, curative, le gynécologue intervient à toutes les phases de la vie de la femme, de sa puberté, à sa ménopause.

En cas de grossesse, le gynécologue obstétrique pourra assurer le suivi de la patiente.

Certains gynécologues pratiquent la gynécologie médicale associée à la gynécologie obstétrique.

D'autres ont choisi de n'exercer que l'une ou l'autre des spécialités. Les gynécologues sont débordés en raison de leur pénurie. Les délais d'attente pour obtenir une consultation chez le gynécologue varient d'une région à l'autre et peuvent tourner aux alentours d'une moyenne de 49 jours.

 

La formation en gynécologie ?

 

À l'issue des examens classant nationaux, l'étudiant en médecine choisit sa spécialisation en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique. Pour être gynécologue, l'étudiant doit soutenir une thèse.

Pour devenir gynécologue, il faudra avoir obtenu sa L1 santé en s’inscrivant en PACES – Première année commune des études de santé – qui est sous format concours. Le concours de PACES est très sélectif et permet à seulement 15% environ des étudiants d’accéder à leur deuxième année. Une moitié des 15% sont redoublants. En début d’année, après avoir choisi sa spécialité en médecine, il restera 3 années théorique et pratique sur la pathologie, la thérapeutique et prévention. Après quelques stages et une validation de ces années théoriques, l’étudiant choisit sa spécialité en gynécologie médicale ou gynécologie obstétrique ainsi que la région souhaitée pour effectuer son internat en 6e année.

Le choix de la spécialité et de la région sera accepté ou refusé en fonction de ton classement au ECN – examen classant national.

La formation pour se spécialiser en médicale ou obstétrique dure 4 ou 5 ans qui donnera lieu à un diplôme d’études spécialisé. Après le DES et une soutenance de thèse, l’étudiant obtient le diplôme d’État de docteur en médecine et est officiellement gynécologue.

L’internat de gynécologie-obstétrique demande de grandes compétences à acquérir ainsi que des contraintes physique et mentale (gardes, validation de différents diplômes universitaires, etc.). Ces multiples contraintes ne poussent pas les étudiants à se pencher dans cette spécialité, dont le manque flagrant de gynécologues en France.

 

La vie du gynécologue

 

Avant de devenir gynécologue et de se spécialiser dans les organes génitaux féminins (ovaires, utérus), il faut avoir une vraie passion. La vie de ce médecin spécialiste sera rythmée par des conférences, débats, formations et rencontres avec d’autres confrères. Le milieu médical propose de nombreuses occasions pour échanger et participer à l’amélioration des traitements de sa patientèle.

Le gynécologue médical choisit soit de pratiquer en profession libérale ou parfois, en milieu hospitalier pour être fourni en équipements médicaux développés.

Le quotidien d’un obstétricien est varié et très formateur. Ils utilisent de nombreux gestes qui rythment leurs journées : pose d’un stérilet, amniocentèse, échographie anténatale, extraction instrumentale, etc.

 

Remplacement gynécologie obstétrique

 

L’obstétrique va s’intéresser essentiellement à la femme enceinte et au foetus. Le gynécologue obstétricien ou l’obstétricien aura donc en charge deux patients et maîtrisera des compétences médicales et chirurgicales. Il procédera à un diagnostic prénatal à chaque visite ainsi qu’une échographie pour vérifier la santé du bébé et de la future maman. Il est souvent secondé d’une sage-femme ou une infirmière qui suivront plus les grossesses normales sans pathologie.

L’obstétricien va surveiller la grossesse et indiquera si la grossesse devra être faite par césarienne ou par voies naturelles.

Le gynécologue obstétricien peut également gérer le suivi gynécologique classique touchant l’appareil génital de la femme : vulve, vagin, utérus, trompes et ovaires.

 

Ce métier aux multiples facettes permet de donner aux gynécologue médical et gynécologue obstétricien des quotidiens variés et enrichis.

 

 


VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

L'enseigne a justifié ce prix par le coût du transport de la marchandise, mais le député Gabriel Serville pointe le peu de mesures appliquées pour lutter contre la vie chère aux Antilles, où les prix sont en moyenne de 12% plus élevés qu'en métropole (et jusqu'à 38% en Martinique).

On ne compte plus le nombre de médecins qui s'installent dans des salles de sport ou le nombre de salles de sport qui s'installent chez les médecins. Ces derniers sont de plus en plus à prescrire non pas des médicaments, mais de la musculation ou de la gymnastique pour répondre à différentes pathologies. Plusieurs communes et mutuelles ont décidé d'accompagner financièrement ces initiatives. Un recours moindre aux médicaments Robert Giami, retraité parisien, souffre de diabète et d'hypertension. Son médecin lui a conseillé de se remettre au sport. "J'ai consulté un médecin nutritionniste par rapport à mon diabète et mon surpoids. Il m'a proposé de venir faire un stage de sport ici", confie-t-il. "Les objectifs pour quelqu'un comme Robert qui a à la fois un diabète et de l'hypertension artérielle, c'est de mieux contrôler son diabète et son hypertension artérielle et éventuellement envisager un recours moindre aux médicaments", explique Dr Philippe Sosner, directeur médical.

La star hollywoodienne Milla Jovovich, inoubliable Leeloo du "Cinquième élément", attend un heureux événement pour le mois de février. A 44 ans, l'actrice de films d'action s'apprête en effet à donner naissance à son troisième enfant. On peut presque parler de miracle, d'autant qu'elle avait connu un terrible drame avant de retomber enceinte.

Au-delà des plus de 100.000 kilomètres carrés réduits en cendres, les incendies qui ravagent l’Australie depuis septembre ont déjà tué près d’une trentaine de personnes, et en ont blessé de nombreuses autres. Des brûlés - pour la plupart - pour qui l’Australie a lancé un appel à la solidarité, notamment à la France.

Suite aux révélations de Michael Jones sur Non Stop People dans l’émission "Good Morning Week-end" sur la blessure de Patrick Bruel pendant les Enfoirés, le chanteur a rassuré sur sa présence auprès de LCI. Non Stop People vous en dit plus.

Plus de 40% de tous ces nouveaux cas d'infections graves surviennent chez les enfants de moins de cinq ans.

INTERVIEW - Le virus apparu fin décembre en Chine a touché une quarantaine de personnes, et deux ont succombé à cette nouvelle maladie. Mais le virologue Vincent Enouf explique qu’il ne faut pas angoisser

Lors d'un cross scolaire en octobre dernier, dix-sept collégiens ont été pris de douleurs inexpliquées. L'enquête a finalement conclu lundi à un "syndrome psychogène collectif". Nous avons interrogé Stéphane Erouart, médecin de santé, sur cet effet de groupe.

Publiée dans la revue Science, cette étude estime que la théorie des éruptions volcaniques ne colle pas.

Il existe une forme de contraception masculine mal connue et peu repandue lorsqu'un homme sait qu'il ne veut plus avoir d'enfants : la vasectomie. Une intervention chirurgicale tres simple mais consideree comme definitive.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.