Situation des gynécologues en France

En 2009, il y aurait environ 2000 gynécologues recensés en France et en exercice.

En 10 ans, le nombre de gynécologues médicaux aurait augmenté d'environ 16%. C'est ce que nous révèle une étude très récente (février 2011) réalisée par l'observatoire national de démographie des professions de santé.

On distingue les gynécologues médicaux des gynécologues obstétriciens.

La profession de gynécologue est majoritairement représentée par les femmes et cette situation devrait continuer.

La très grande majorité des gynécologues ont choisi d'exercer en mode libéral et non en tant que praticien hospitalier malgré les charges notamment en termes de responsabilité professionnelle et de cotisations ordinales et autres.

Alors que les autres spécialistes sont en général âgés d'environ 50 ans, on constate une moyenne d'âge un plus élevée chez les gynécologues qui se rapprocheraient plutôt de la soixantaine.

Des inquiétudes sont à avoir quant au renouvellement des postes de gynécologues compte tenu des départs en retraite à prévoir.

Gynécologue médical ou gynécologue obstétrique ?

 

Assez communes, mais très distinctes, la gynécologie et l’obstétrique vont s’intéresser à la femme différemment. La première va suivre la femme tout le long de sa vie quant à la deuxième, elle va se pencher sur la période où la femme sera enceinte, du suivi de grossesse à la préparation à la naissance.

Être gynécologue médical, c'est avoir un diplôme de spécialiste appliqué au traitement des femmes et de leur appareil génital (suivi de la femme, octroi de la contraception, traitement des pathologies). Activité préventive, curative, le gynécologue intervient à toutes les phases de la vie de la femme, de sa puberté, à sa ménopause.

En cas de grossesse, le gynécologue obstétrique pourra assurer le suivi de la patiente.

Certains gynécologues pratiquent la gynécologie médicale associée à la gynécologie obstétrique.

D'autres ont choisi de n'exercer que l'une ou l'autre des spécialités. Les gynécologues sont débordés en raison de leur pénurie. Les délais d'attente pour obtenir une consultation chez le gynécologue varient d'une région à l'autre et peuvent tourner aux alentours d'une moyenne de 49 jours.

 

La formation en gynécologie ?

 

À l'issue des examens classant nationaux, l'étudiant en médecine choisit sa spécialisation en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique. Pour être gynécologue, l'étudiant doit soutenir une thèse.

Pour devenir gynécologue, il faudra avoir obtenu sa L1 santé en s’inscrivant en PACES – Première année commune des études de santé – qui est sous format concours. Le concours de PACES est très sélectif et permet à seulement 15% environ des étudiants d’accéder à leur deuxième année. Une moitié des 15% sont redoublants. En début d’année, après avoir choisi sa spécialité en médecine, il restera 3 années théorique et pratique sur la pathologie, la thérapeutique et prévention. Après quelques stages et une validation de ces années théoriques, l’étudiant choisit sa spécialité en gynécologie médicale ou gynécologie obstétrique ainsi que la région souhaitée pour effectuer son internat en 6e année.

Le choix de la spécialité et de la région sera accepté ou refusé en fonction de ton classement au ECN – examen classant national.

La formation pour se spécialiser en médicale ou obstétrique dure 4 ou 5 ans qui donnera lieu à un diplôme d’études spécialisé. Après le DES et une soutenance de thèse, l’étudiant obtient le diplôme d’État de docteur en médecine et est officiellement gynécologue.

L’internat de gynécologie-obstétrique demande de grandes compétences à acquérir ainsi que des contraintes physique et mentale (gardes, validation de différents diplômes universitaires, etc.). Ces multiples contraintes ne poussent pas les étudiants à se pencher dans cette spécialité, dont le manque flagrant de gynécologues en France.

 

La vie du gynécologue

 

Avant de devenir gynécologue et de se spécialiser dans les organes génitaux féminins (ovaires, utérus), il faut avoir une vraie passion. La vie de ce médecin spécialiste sera rythmée par des conférences, débats, formations et rencontres avec d’autres confrères. Le milieu médical propose de nombreuses occasions pour échanger et participer à l’amélioration des traitements de sa patientèle.

Le gynécologue médical choisit soit de pratiquer en profession libérale ou parfois, en milieu hospitalier pour être fourni en équipements médicaux développés.

Le quotidien d’un obstétricien est varié et très formateur. Ils utilisent de nombreux gestes qui rythment leurs journées : pose d’un stérilet, amniocentèse, échographie anténatale, extraction instrumentale, etc.

 

Remplacement gynécologie obstétrique

 

L’obstétrique va s’intéresser essentiellement à la femme enceinte et au foetus. Le gynécologue obstétricien ou l’obstétricien aura donc en charge deux patients et maîtrisera des compétences médicales et chirurgicales. Il procédera à un diagnostic prénatal à chaque visite ainsi qu’une échographie pour vérifier la santé du bébé et de la future maman. Il est souvent secondé d’une sage-femme ou une infirmière qui suivront plus les grossesses normales sans pathologie.

L’obstétricien va surveiller la grossesse et indiquera si la grossesse devra être faite par césarienne ou par voies naturelles.

Le gynécologue obstétricien peut également gérer le suivi gynécologique classique touchant l’appareil génital de la femme : vulve, vagin, utérus, trompes et ovaires.

 

Ce métier aux multiples facettes permet de donner aux gynécologue médical et gynécologue obstétricien des quotidiens variés et enrichis.

 

 


VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Thiénaba, c'est l'histoire d'une petite ville et de toute une communauté qui ont décidé de ne pas se laisser faire. La preuve que le paludisme n'est pas une fatalité. La lutte contre cette maladie est symbolisée ici par un homme qui a perdu sa fille. Une douleur familiale profonde. Vingt ans après sa mort, El Haj Diop pleure toujours sa fille, Ami. Elle avait 12 ans quand elle a été emportée par le paludisme. C'était en 1999. Cette année-là, la maladie fait des ravages à Thiénaba, sans que la population n'en connaisse vraiment l'origine. Photographe pour une grande organisation internationale, El Haj Diop gagne bien sa vie. Il a décidé de tout abandonner pour se consacrer à sa mission. Le Sénégal veut éradiquer la maladie d'ici 2030 Dans sa ville et aux alentours, il met en place avec sa communauté un plan de lutte contre le paludisme et donc contre le moustique, car c'est lui le vecteur du parasite. Il le prend chez un malade pour l'introduire chez un individu qui ne l'est pas en le piquant. Et pour cela, il faut d'abord mobiliser la population, et particulièrement les femmes. Une fois par semaine, elles se réunissent pour nettoyer leurs quartiers. Un geste qui permet d'éloigner les moustiques. Et gare aux réfractaires. Tout retard est sanctionné d'une amende. Les femmes sont également chargées de vérifier si les moustiquaires, distribuées gratuitement par l'État sénégalais, sont bien installées. En cas de manquement, l'amende peut atteindre 1,5 euro. Tout le monde met sa moustiquaire à Thiénaba. Les résultats sont là. L'unique poste de santé de la ville, autrefois débordé par les cas de paludisme, applique le protocole à chaque nouveau cas de fièvre : un test de dépistage du paludisme. Il y a aujourd'hui 10 fois moins de cas de paludisme recensés dans ce poste de santé qu'au début des années 2000, et surtout, on ne meurt plus de cette maladie à Thiénaba. Le Sénégal espère éradiquer la maladie d'ici 2030.

“Catherine, Duchess of Cambridge, the wife of Prince William, gave birth to the couple's third child on Monday, a son who becomes the fifth in line to the British throne,” CNN reported. Royal superfans outside of St. Mary's Hospital in London where the royal baby was born drank champagne in celebration and spoke to the media on April 23. In the video, one of the superfans, wearing a t-shirt saying "It’s a boy" scrolled with a marker, says, “We are very delighted and we should never forget this day.”

La nouvelle a fait aussi vite le tour des amateurs que des associations qui luttent contre la dépendance. Ce week-end, le journal Libération a mis un coup de projecteur sur l’étonnante découverte...

VIDÉOS - Invité de l’émission Toc Toc Docteur, le Pr Franck Carbonnel a fait le point sur ces maladies chroniques des intestins, très invalidantes pour les 210.000 personnes qui en sont atteintes en France.

Du lundi 23 au dimanche 29 avril 2018, c'est la semaine mondiale de la vaccination, dédiée cette année aux nourrissons. Un site permet de répondre à toutes les questions des parents, aussi bien sur l'innocuité des vaccins que sur le calendrier vaccinal.

« On découvre le soin dentaire » s’amuse Thomas Apard. Ce chirurgien de la main de la clinique des Franciscaines est pourtant tout à fait sérieux. Avec son homologue, Vanessa Costil, il a introduit...

TRIBUNE - Cette nouvelle profession contribuera à redéfinir l’accompagnement du patient dans son parcours de santé, et ce en collaboration avec tous les professionnels du secteur.

Depuis le 1er janvier, les vaccinations obligatoires pour les enfants sont élargies à 11 valences. A l’occasion de la semaine européenne dédiée cette année au thème de l’immunisation des nourrissons, du 23 au 29 avril, Santé publique France souhaite soutenir cet élargissement en informant les Français. Pour ce faire, elle lance notamment une campagne pour […]

La planète pourrait-elle se retrouver un jour sans oranges, ni citrons, des fruits aussi bénéfiques à la santé qu'ils sont accessibles à toutes les bourses ?

Souffrir d’un diabète de type 1 est associé à des contraintes au quotidien. Alors est-il possible de pratiquer un sport malgré cela ? La réponse est oui. D’ailleurs, l’activité physique est largement recommandée par les spécialistes. Mais avec quelques précautions à respecter pour éviter hypo et hyperglycémie. Le point avec le Dr Sophie Borot, diabétologue au […]

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.