Emploi médical et santé : Recrutement de Médecins

Ce site est réservé uniquement aux médecins.

C’est une véritable passerelle afin de mettre en relation les établissements recruteurs, et les médecins généralistes et spécialistes, médecins de PMI, médecins du travail, psychiatres, gériatres, gynécologues, médecins de prévention, médecin territorial, médecin coordonnateur, pédiatre, urgentiste, radiologues, ophtalmologues, ….

Date
recruteur
Fonction
Lieu
20/02/2019
CENTRE HOSPITALIER DE ROUFFACH
(68) Rhin (Haut)
20/02/2019
CENTRE HOSPITALIER DE ROUFFACH
(68) Rhin (Haut)
20/02/2019
REGION GRAND EST
Lorraine
20/02/2019
REGION GRAND EST
Champagne Ardenne
20/02/2019
REGION GRAND EST
Alsace
20/02/2019
CONSEIL DEPARTEMENTAL SEINE SAINT DENIS
(93) Seine Saint Denis
20/02/2019
RECTORAT DE L'ACADEMIE DE LIMOGES
Limousin
20/02/2019
MAIRIE DE MENSIGNAC
(24) Dordogne
20/02/2019
MICHELIN
(88) Vosges
20/02/2019
Trophée RH
(05) Alpes (Hautes)
20/02/2019
CENTRE HOSPITALIER DE L’ISLE SUR LA SORGUE (84)
(84) Vaucluse
20/02/2019
Trophée RH
(62) Pas de Calais
20/02/2019
Trophée RH
(62) Pas de Calais
20/02/2019
Trophée RH
(81) Tarn
20/02/2019
Trophée RH
(86) Vienne
20/02/2019
Trophée RH
(86) Vienne
20/02/2019
Trophée RH
(86) Vienne
19/02/2019
Bureau Appel Médical Search Ouest
(85) Vendée
19/02/2019
Bureau Appel Médical Search Ouest
(85) Vendée
19/02/2019
Bureau Appel Médical Search Ouest
(85) Vendée
19/02/2019
Bureau Appel Médical Search Ouest
(85) Vendée
19/02/2019
Bureau Appel Médical Search Ouest
(85) Vendée
19/02/2019
Appel Médical Search Vacation Intérim Nord-Normandie
(59) Nord
19/02/2019
Appel Médical Search Vacation Intérim Nord-Normandie
(50) Manche
19/02/2019
Bureau Appel Médical Search Médecins Paris Ile de France
(77) Seine et Marne
19/02/2019
CENTRE HOSPITALIER AUNAY-BAYEUX
(14) Calvados
19/02/2019
MSA LANGUEDOC
Languedoc Roussillon
19/02/2019
SISTA 12- SERVICE SANTE AU TRAVAIL
(12) Aveyron
19/02/2019
SISTA 12- SERVICE SANTE AU TRAVAIL
(12) Aveyron
19/02/2019
HORIZON SANTE TRAVAIL
Ile de France
19/02/2019
HORIZON SANTE TRAVAIL
Ile de France
19/02/2019
LES SERVICES DE L'ETAT DU RHONE
(69) Rhône
19/02/2019
LE CDG DU PUY DE DOME 63
(63) Puy de Dôme
19/02/2019
LE CDGDE L'ORNE 61
(61) Orne
19/02/2019
LA REGION NORMANDIE
(14) Calvados
19/02/2019
CHU RENNES
(35) Ile et Vilaine
19/02/2019
CHU RENNES
(35) Ile et Vilaine
19/02/2019
CPAM HAUT RHIN
(68) Rhin (Haut)
19/02/2019
CPAM HAUT RHIN
(68) Rhin (Haut)
19/02/2019
NTN SNR - ENTREPRISE
(74) Savoie (Haute)
18/02/2019
AST BEAUCAIRE
(30) Gard
18/02/2019
CRESN- Association Langage & Intégration
(93) Seine Saint Denis
18/02/2019
AST GRAND LYON
(69) Rhône
18/02/2019
VILLE D'AUBENAS
(07) Ardéche
18/02/2019
VILLE D'AUBENAS
(07) Ardéche
18/02/2019
UNIVERSITE GRENOBLE ALPES
(38) Isére
18/02/2019
SST BTP 21
(21) Côte d'or
18/02/2019
SORBONNE UNIVERSITE
Ile de France
18/02/2019
CENTRE HOSPITALIER BAR SUR AUBE
(10) Aube
18/02/2019
AIST84
(84) Vaucluse
Voir toutes les offres d'emploi

Le Recruteur Médical vous propose de découvrir ses centaines d'annonces médicales classées par type de postes. Retrouvez des offres d'emploi pour médecin généraliste ou spécialisée.

Emploi santé

Le Recruteur Médical est le spécialiste de l'emploi dans le domaine de la santé. Que vous cherchiez à passer une annonce pour le recrutement d'un médecin ou que vous cherchier un emploi dans le domaine de la médecine, utilisez notre site pour atteindre votre objectif.

Emploi médecin

N'hésitez pas à consulter nos nombreuses offres d'emploi médecin et à utiliser les filtres de recherches pour cibler les résultats autour d'une localisation géographique (Paris, Marseille, Lyon et autres villes de France), d'un type de poste en particulier (emploi psychiatre, emploi radiologue ou encore emploi urgentiste) puis cliquez sur OK.

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Pourquoi "bouger" contribue-t-il à réduire le risque de cancer ? Est-il pertinent de commencer une activité sportive quand on a plus 20 ans ? Quelle est la durée quotidienne recommandée ? Autant de questions abordées dans cet article est extrait du magazine Sciences et Avenir n°864 (février 2019)

Compter d’ici à 2020 moins de 4 cas de cancers du col de l’utérus sur 100.000 femmes dans la plupart des pays, c’est possible. En généralisant la vaccination et le dépistage, on peut même envisager...

Le président brésilien Jair Bolsonaro présente mercredi au Congrès un projet de réforme des retraites considéré comme vital pour le redressement des finances publiques et la stabilité de son gouvernement.

En décembre dernier au Royaume-Uni, une adolescente de 18 ans est tombée dans le coma après de violentes migraines. Celle-ci s'est réveillée quatre jours plus tard après avoir mis au monde une petite fille, alors qu'elle ignorait complètement être enceinte.

VOUS TEMOIGNEZ - Plusieurs changements physiologiques surviennent au moment où les femmes traversent la ménopause

TÉMOIGNAGE - Sophie, 53 ans, a vu sa consommation lui échapper au moment de son divorce. Cette cadre en communication raconte son combat contre l’alcool.

Le "fardeau sanitaire" lié à la consommation d'alcool en France reste "considérable", avec environ 41.000 décès par an, alerte mardi Santé publique France, dont le bilan relance les critiques sur "l'insuffisance" des actions pour lutter contre ce fléau.

L'alcool, ce faux ami qui accompagne nos repas, nos conversations, nos sorties, pointé encore une fois du doigt pour son effet dévastateur sur notre santé. Selon une récente étude, en France, on lui doit 41 000 décès par an. Le danger, c'est la consommation régulière, répétée plutôt, d'alcool fort. Si l'on décompose les causes de décès, chaque année, l'alcool est responsable de 16 000 cancers, 9 900 maladies cardiovasculaires, 6 800 maladies digestives et 5 400 décès liés à des accidents, des chutes ou des suicides. La France gros consommateur européen d'alcool Au-delà de deux verres par jour, le risque augmente, mais 90% des décès sont liés à une consommation de plus de cinq verres par jour. Ces trente dernières années, la consommation était plutôt en baisse en France, mais le phénomène a tendance à s'enrayer. L'Hexagone reste l'un des plus gros consommateurs d'alcool en Europe.

En France, l’alcool a tué 41 000 personnes en 2015, un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes, mais qui reste très élevé. La consommation, elle, ne faiblit pas. Tel est le constat dressé par Santé publique France dans une série d’études publiées ce mardi 19 février. En France, boire de l’alcool reste chose banale. 40% des plus de 18 ans déclarent en consommer au moins une fois par semaine. Et 1 adulte sur 5 dit avoir été ivre au moins une fois au cours des 12 derniers mois. La France continue de figurer dans le peloton de tête des pays de l’OCDE où l’on boit le plus.Et pourtant depuis un siècle la consommation a beaucoup diminué dans l’hexagone : en moyenne un adulte d’aujourd’hui boit 2,5 fois moins que son congénère des années 30. A noter qu’en 2017, 10% des Français ont ingéré près de 60% du volume total d’alcool consommé.Les comportements vis-à-vis du produit varient selon l’âge. Les 18-24 ans boivent moins souvent que les autres, mais quand ils le font c’est en plus grande quantité. Les épisodes d’alcoolisation excessive, dits «binge drinking», sont stables depuis 2013, après une décennie d’augmentation.D’autre part, il existe des variantes selon le sexe : les hommes sont 3 fois plus nombreux que les femmes à boire quotidiennement. Enfin, Santé Publique France confirme l’impact très élevé de l’alcool sur la mortalité : 41 000 décès en 2015, essentiellement par cancer, maladies cardio-vasculaires et digestives. 90% de ces décès sont liés à une consommation supérieure à 5 verres par jour, selon l’étude.

En Centrafrique, un rapport de Médecins sans frontières revient sur les derniers évènements graves qui ont eu lieu à Batangafo. Des affrontements qui ont débuté le 31 octobre 2018 ont duré près d’une semaine. A Batangafo, c’est sur le site de l'hôpital qu’ont été accueillies les victimes, et les populations fuyant les tirs. En ce mois de février, l’hôpital a désormais retrouvé le calme. Une opération chirurgicale est en cours. Des femmes attendent que leurs enfants soient auscultés.Mais le 31 octobre 2018, l’ambiance était tout autre, raconte Isidore, un personnel de MSF : « Ce jour-là, on était débordés parce que certains entraient par la porte, d’autres sautaient sur la clôture pour se réfugier dans l’hôpital. C’était le chaos, car certaines mamans avaient perdu leurs enfants. Il fallait les retrouver. Il y a certains vieux qui sont restés chez eux à la maison, donc les parents devaient retourner les chercher. Donc ce n’était pas facile pour nous de gérer cette situation. »Impossible de contenir l’ensemble des personnes à l’extérieur du bâtiment. Les déplacés s’entassent alors partout, même dans la salle d’accouchement, raconte Alphonsine, assistante sage-femme : « Il y avait beaucoup de personnes. On a commencé à entendre les tirs. Les gens étaient assis dans la cour et on ne pouvait pas marcher entre eux tellement ils étaient serrés. Des femmes ont même commencé à accoucher devant les enfants et des personnes qui étaient autour de la table d’accouchement. C’était vraiment difficile de contenir tous ces gens. »Une situation d’urgence difficile à gérer, d’autant que le personnel de santé locale était pour la plupart sans nouvelle de leur famille. Ils restent tous très marqués par ces évènements.Les manquements de la Minusca pointés du doigt« Quand cela a commencé à tirer nous avons voulu nous réfugier dans la base de la Minusca mais ils nous ont refoulé. Donc on est resté juste à côté dehors. Ce que j’ai vu ce n’est pas bien. Il y a eu des blessés et des morts parce qu’on n’a pas pu rentrer dans la base de la Minusca », racontent un jeune homme.Les populations dénoncent le temps de réaction trop long de la Minusca, mais aussi sa passivité voire ses connivences avec l’ex-seleka. Des connivences qui ne sont pas prouvées. Sur place, le maire Jean-Michel Gonda regrette vivement le manque d’efficacité de la force onusienne.« Ce n’est pas la Minusca de manière générale mais le contingent pakistanais qui n’a pas rendu service. Ce jour-là il n’y avait aucun tir je vous assure aucun tir de dissuasion. C’est comme si le calme était complice, se désole-t-il. Ce n’est pas la première fois que le site est incendié. Mais par le passé quand il y avait incendie on voyait la Minusca avec le contingent camerounais qui était aller même éteindre le feu voyez. »Il aura aussi fallu plusieurs heures à la Minusca pour venir sécuriser les alentours de l’hôpital où plus de 10 000 personnes avaient trouvé refuge.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.