Médecin coordonnateur : recrutement et emploi

Les 7èmes assises des médecins coordonnateurs ont eu lieu le 29 novembre 2009 avec la participation du secrétaire d'État chargé des aînés, Madame Nora Berra.

Un moment dédié à la discussion sur l'avenir et les perspectives d'évolution de la profession de médecin coordonnateur.

La profession est récente (créée par le Décret du 26 avril 1999) et ses contours ont été clairement définis par les décrets en date du 27 mai 2005 et du 11 avril 2007. Cette fonction a été intégré au sein du milieu médical pour améliorer la gestion des dépenses relative au cadre de santé.

 

Pas moins de 12 fonctions sont assénées au médecin coordonnateur dont le rôle au sein des EHPAD est crucial.

 

Les « 12 travaux » du médecin coordonnateur 

Le médecin coordonnateur élabore le projet de soins adaptés aux besoins de chaque résident.

 Pour cela, il coordonne autour de ce projet, l'ensemble du personnel institutionnel ainsi que les intervenants libéraux extérieurs à l'établissement.

Le projet de soins précise les modalités de prise en charge thérapeutique, en fonction de la pathologie du résident.

Par ailleurs, le médecin coordonnateur assure une veille spécifique au sein de l'EHPAD pour une bonne mise en œuvre des pratiques gériatriques.

Son intervention est cruciale notamment en cas de risque sanitaire particulier pour lequel il formulera ses recommandations.

Outre le programme de soins, les actions du médecin coordonnateur sont de s'assurer de la prise en charge adéquate des patients en fonction de leur pathologie et notamment d'un classement adapté à leur dépendance au sein de l'EHPAD.

 

C'est lui qui contrôle l'évolution de l'état de santé du résident et qui donne son avis quant aux possibilités de maintien dans l'établissement, en fonction de l'évolution de la dépendance.

Le médecin coordonnateur intervient donc tant en amont qu’en aval, de l'entrée à la sortie du résident. Dans l'intervalle de ces deux phases, il joue un rôle clé, tel un chef d'orchestre et coordonne tout le projet de soins, assurant un relai parfait avec le médecin traitant qui reste à part entière le médecin du résident.

À titre exceptionnel, le médecin coordonnateur peut être amené à exercer des actes de soin sur les résidents, en cas d'urgence. Il devra alors en référer au médecin traitant.

La question de la médicalisation de la fonction afin de permettre au médecin coordonnateur de pratiquer la prescription médicale en cas d'urgence, sans contrarier la déontologie professionnelle est à l'étude.

Ses missions principales sont donc d’encadrer les patients tout au long de leur séjour afin de garantir la qualité de leur prise en charge médicale et plus particulièrement gérontologique ainsi que leur accès au service paramédical.

Actuellement il n’a pas de relation soignant / patient, en effet, il se charge de la personne au sein d’une collectivité (EHPAD). Il est aussi coordinateur de l’équipe médicale, il doit donc être à l’aise avec le travail en équipe. Il n’est pas leur supérieur mais doit veiller à ce que tout se déroule pour le mieux au sein de l’EHPAD. Il a de nombreuses responsabilités et tout dépend de l’établissement ainsi que des termes de son contrat il peut s’engager à titre personnel.

 

Il peut exercer tant au sein d’un établissement privé que public.

 

 La formation des médecins coordonnateurs 

Pour devenir médecin coordonnateur, il est nécessaire d'être titulaire d'un diplôme d'études spécialisées de gériatrie ou d'une capacité de gérontologie.

Le diplôme d'université de médecin coordonnateur d'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes mène également à la fonction de médecin coordonnateur.

Il est également possible d'accéder à la spécialisation par le biais de la formation continue, en fournissant une attestation de formation continue.

C'est l'arrêté du 16 août 2005 qui détermine le programme de l'attestation de formation de médecin coordonnateur en EHPAD. (Voir JO du 25 août 2005).

 

Seuls les organismes de formation agréés par le Conseil national de la formation médicale continue des médecins libéraux et le Conseil National de la formation continue des médecins salariés non hospitaliers sont aptes à délivrer l'attestation de formation continue qui permettra au médecin de devenir médecin coordonnateur.

Pour connaître, la liste des organismes dispensant la formation sus - visée, il suffit de se reporter au site du CNFMC (www.cnfmc.fr) qui assure la formation continue des médecins.

 

Il est parfois demandé d’avoir une expérience de quelques années en tant que médecin salarié ou médecin généraliste libérale par exemple.


Évolution de la fonction des médecins coordonnateurs

Lors de son discours, Madame Nora Berra, secrétaire d'État chargée des aînés, relevait à juste titre que si les médecins coordonnateurs avaient une fonction bien remplie, les moyens dont ils disposaient pour l'accomplir restaient bien minces.

Le vieillissement de la population, est l’un des facteurs qui a une influence sur l’évolution de la fonction de médecins coordonnateurs. Entre 2020 et 2050 la part des personnes âgées de 75 ans et plus va être multipliée par plus de 1,5 selon l’INSEE. L'augmentation des pathologies des personnes âgées impose une réaction coordonnée et adaptée aux besoins des personnes en institution.

C'est la raison pour laquelle le médecin coordonnateur doit disposer pleinement des pouvoirs utiles à l'accomplissement de sa mission, dans les règles de l'art et conformément aux règles déontologiques de la profession.

Depuis 2005, il est obligatoire d’avoir un médecin coordinateur au sein d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

 

L'évolution de la profession est en bonne voie et le rapport remis à la secrétaire d'État par les médecins coordonnateurs impulse d'ores et déjà un vent de réforme de la fonction de médecin coordonnateur qui devrait la renforcer.



VOIR LES OFFRES

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Certains experts royaux sont formels : Kate Middleton pourrait très bientôt nous annoncer sa quatrième grossesse… mais quels sont ces indices sur lesquels reposent cette théorie ?

Le lieu doit rester secret et les infirmières se cachent le visage pour préserver leur anonymat. À Hong Kong, dans ce centre de soins clandestin, les manifestants prodémocratie blessés peuvent venir se soigner en toute discrétion. C'est le cas de M., roué de coups et traîné par terre par la police il y a une dizaine de jours. "Les hôpitaux publics ne sont pas sûrs pour nous. On risque d'être dénoncé aux autorités et arrêté", raconte-t-il. Alors, il y a ces infirmières de l'ombre qui font partie d'un réseau parallèle de médecins et de soignants, acquis à la cause. Des dizaines de groupes de soignants Contactées à travers les réseaux sociaux, ces deux infirmières s'occupent d'une trentaine de blessés, bénévolement. M. a une fracture au pied et des plaies ouvertes qu'il faut nettoyer régulièrement pour éviter les infections. "On soigne toute sorte de blessures liées aux gaz lacrymogènes, il y a des blessures par balles au caoutchouc, des brûlures diverses. Quand les étudiants se sont échappés de l'université en rappel sur une corde, certains ont eu les mains et les doigts lacérés". Leur groupe s'appelle les infirmières secrètes. Et des organisations comme celle-ci, il y en a des dizaines.

Après l'analyse de trois grandes études prospectives de cohortes, des chercheurs concluent que les produits laitiers ont un effet clairement neutre pour la santé de la population générale. Ni bénéfiques, ni négatifs, ils sont neutres.

Grand moment d’émotion ce dimanche 8 décembre sur le plateau des 12 coups de midi. Camille, une jeune femme de 24 ans atteinte d’un cancer généralisé, a raconté son quotidien difficile face à Jean-Luc Reichmann.

CONTRACEPTION - Depuis 2001, 30 femmes ont vu leur implant Nexplanon migrer dans l’artère pulmonaire

Les jeunes de 13 à 29 ans sont particulièrement concernés. On savait déjà que quelques centaines de personnes étaient décédées en prenant des selfies ces dernières années. Alors que l'utilisation du téléphone augmente -les Français.es passent en moyenne deux heures par jour sur leur smartphone- les blessures liées à celle-ci augmentent également. Une étude, publiée par ...

Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), en Ituri, Médecins sans frontières (MSF) a annoncé l'évacuation temporaire de son personnel de la région de Biakato à la suite de l'attaque du centre de santé de la ville le 3 décembre.C'était l'attaque de trop pour MSF. Le 3 décembre, un groupe armé de bâtons et de machettes a pris d'assaut le centre de santé de Biakato. Si les agresseurs ne sont pas parvenus jusqu'au centre de traitement Ebola et si aucun blessé n'est à déplorer, précise l'ONG, il fallait prendre une décision.« Etant donné que nous ne connaissons ni l’identité ni les motivations des auteurs, il nous est difficile de garantir la sécurité pour nos équipes, explique Narcisse Wega, le coordonnateur des programmes d'urgence de MSF. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’évacuer temporairement nos équipes de Biakato. »Narcisse Wega assure néanmoins que les activités ne se sont pas arrêtées pour autant. « MSF s’est assuré de laisser du matériel nécessaire pour la continuité des soins pour les patients. Lesquels soins se poursuivent par les équipes du ministère de la Santé. Nous sommes là pour les populations mais nous avons une responsabilité vis-à-vis des équipes que nous dépêchons sur place. »Il ne s'agit pas de la première attaque de ce type dans la région. La même nuit, un autre groupe a attaqué la base MSF de Biakato Mines en jetant des pierres et dans la nuit du 27 au 28 novembre, une attaque meurtrière a été perpétrée contre des personnes travaillant dans le cadre de la réponse à l'épidémie d'Ebola.Peur d'un retour de la maladiePour empêcher que la situation ne dégénère encore, le professeur Jean-Jacques Muyembe, coordinateur national de la riposte Ebola, en appelle notamment à la population. « Tout ce que nous disons c’est : accepter que le virus existe bel et bien, déclare-t-il. Là où nous avons obtenu la coopération, l’implication de la population, comme à Beni, à Mangina, nous arrivons vite à la maîtrise de la situation. Les chaînes de transmission sont rompues et il n’y a plus de cas. »« Les cas que nous avons actuellement viennent plus ou moins de Luemba et de Biakato, qui cherchent les soins et qui sont acceptés à Beni ou à Butembo, poursuit le professeur Jean-Jacques Muyembe. Ce sont donc des endroits où le virus, en principe, ne circulait plus. Et nous avons peur que ces villes, Beni et Butembo, soient réinfectées et que la maladie refasse surface. »Il demande donc à la population d’adopter la même attitude que celle des populations de Beni, de Butembo et de partout ailleurs où l’infection a été maîtrisée. « Ce n’est qu’avec l’implication de la population que nous pouvons arriver à maîtriser cette épidémie, sinon ça va être catastrophique », conclut le professeur Jean-Jacques Muyembe.► (Ré)écouter : Pr. Muyembe, co-découvreur d’Ebola : «Il faut soutenir les chercheurs africains»

Kate Middleton attendrait-elle un heureux événement ? D'après une experte, citée par The Express samedi 7 décembre, la duchesse de Cambridge pourrait bientôt annoncer qu'elle est enceinte d'un quatrième enfant.

Les présidents de la Fnat, Ange Finistrosa, de l'Unaf, Marie-Andrée Blanc, et de l'Unapei, Luc Gateau, appellent dans cette tribune à nommer un délégué interministériel pour donner "plus d'efficience à la politique publique de protection juridique des majeurs".

La maire de La Gresle (Loire) a pris un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés, pour dénoncer la pénurie de médecins.La mesure est délibérément absurde. À La Gresle, petite commune de 850 habitants au centre de la France, la maire a pris un arrêté interdisant aux habitants de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés. Isabelle Dugelet compte ainsi alerter sur la pénurie de soignants et plus globalement, sur « une situation sanitaire catastrophique » dans sa commune et les communes avoisinantes, a-t-elle déclaré à l'AFP.Le secteur est dépourvu de garde médicale car les médecins, trop peu nombreux, en sont dispensés. Le 1er décembre, la maire avait mis deux heures et demie à trouver un médecin pour faire constater le décès d'un résident de l'Ehpad local, précise le quotidien Le Progrès qui a révélé l'information.« Pour les patients, il n'y a pas de solution. »« Il y a un gros ras-le-bol par rapport à ce manque de médecins, qui ne fait que s’accentuer au fil des ans, explique Isabelle Dugelet au micro de RFI. Jusqu’à présent, nous avions une grosse pénurie de médecins, mais bon an, mal an, on arrivait quand même à se faire soigner. Mais le départ en retraite d’un médecin d’un village voisin - bien sûr, nous n’avons pas de médecin sur place - a complètement déstabilisé la population, qui n’a plus de médecin traitant pour la plupart, puisque ce médecin avait une grosse patientèle. »« Pour les patients, poursuit-elle, il n’y a pas de solution. J’en ai vu plusieurs ces derniers jours, ils viennent se confier un petit peu à moi. Ce matin, on m’a dit que les habitants de ma commune et du secteur continuent à aller voir sur Lyon un médecin qui a été en remplacement pendant quelques temps sur la commune voisine. Vous vous rendez compte, on est à 75 kilomètres de Lyon ! Et là, ne pas avoir de remplaçant, ne pas avoir de solution de rechange, pour eux, c’est insupportable. »►À lire aussi : Dans la «France oubliée»: un désert médical aux portes de Paris

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.