Guilloux

23ème Journées de la Fédération Française d'Étude de la Reproduction

  • du 12/09/2018
  • au 14/09/2018
Description

Madame, Monsieur, Chers collègues,

La FFER est heureuse de vous annoncer la tenue des 23èmes Journées de la Fédération Française d’Étude de la Reproduction, à Lyon du 12 au 14 septembre 2018.

La FFER est née du désir des professionnels de réfléchir et d’échanger sur la Fertilité et la Reproduction en France. La Fédération réunit aujourd’hui 9 sociétés savantes.

Pendant 3 jours, plus de 600 experts d’horizons divers, universitaires, hospitaliers et libéraux (biologistes, gynécologues, endocrinologues, urologues, andrologues et chercheurs) échangeront sur les dernières avancées et les meilleures pratiques de leur discipline.

Pour cette 23ème édition, la FFER a choisi la capitale des Gaules, Lyon, célèbre pour sa gastronomie et son art de vivre, au coeur d’une grande Région dont le dynamisme est internationalement reconnu. Ces Journées seront à n’en pas douter propices à des échanges scientifiques de haute qualité dans une ambiance conviviale.

---
Toutes les informations relatives à l'événement sont à retrouver sur notre site internet : ffer-lyon2018.com/
---

Nous serions heureux de vous compter parmi nous en 2018.
Au nom du comité local d’organisation,

Professeur Jean-François Guérin
Président du Congrès

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Lombalgies et cervicalgies, syndrome du canal carpien, tendinites...Les troubles musculo-squelettiques représentent la majeure partie des maladies professionnelles reconnues par la Sécurité sociale.

Inéluctables, ces signes de l’âge dessinent un visage vieilli. On peut s’en accommoder ou tenter de les atténuer.

SEXUALITÉ - Voilà plusieurs jours (peut-être même plusieurs semaines) que votre partenaire s'en est allé. C'est enfin l'heure des retrouvailles. Un premier bisou. Un deuxième. Puis un troisième. Les choses s'emballent, on s'enlace. La minute qui suit, les habits sont déjà au sol et nous, sous la couette. L'excitation est palpable, on veut la maintenir. Mais voilà, dans toute cette frénésie, difficile de ne pas finir trop tôt.

Pour une agriculture respectueuse de l'environnement, pour une politique de subventions prenant en compte d'abord les exploitations qui s'y consacrent : comme chaque année, on a manifesté à Berlin lors du Salon de l'agriculture pour une autre politique agricole.   Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut La « semaine verte », c’est le nom du Salon de l’agriculture de Berlin, un rendez-vous mondial chaque année. Mais pour les manifestants -12 000 d’après la police, 35 000 d’après les organisateurs- l’agriculture est loin d’être verte. Depuis 2011, des producteurs manifestent épaulés par leurs tracteurs et soutenus par des consommateurs pour une agriculture soucieuse de l’environnement et contre les industriels de ce secteur : « Nous sommes très patients. Nous savons que nous avons affaire à des adversaires coriaces et qu’il faut persévérer. Nous voulons juste que l’agriculture ne détruise pas l’environnement, que la biodiversité ne soit pas remise en cause, que les animaux ne souffrent pas. » explique l'un d'entre eux. Les manifestants réclamaient une remise en cause des subventions au sein de la politique agricole européenne liées à la superficie des exploitations et non à leur respect de l’environnement et de la biodiversité. Les organisateurs ont remis un texte allant dans ce sens aux 70 ministres de l’Agriculture réunis pour une conférence dans la capitale allemande en marge de la semaine verte.

Ils sont amoureux, ont la trentaine et ne veulent pas d'enfants. "Depuis que je suis enfant, du plus loin que je me rappelle, même étant petite, je disais à ma mère que je n’aurai pas d'enfants", explique Tiphaine Maquet. Maxence Melvedere, son compagnon, n'a jamais voulu d'enfants n'ont plus. Il est marqué par une enfance difficile, durant laquelle il a souffert d'un manque d'affection. Cela le dissuade de devenir parent à son tour. "Quoi qu'il se passe, on va reproduire un petit peu ce que nos parents nous ont inculqué et éduqué. J'en avais peur même de reproduire", explique Maxence Melvedere. Un sujet tabou Comme eux, un peu plus de 5% des Français déclarent ne pas vouloir d'enfants. On les appelle les "no-kids", ce qui signifie pas d'enfants, en anglais. Certains ont envie de rompre avec le passé familial, d'autres estiment ne pas avoir de place dans leur quotidien pour un enfant. La vie de Laure Baco, 30 ans, tourne autour des vinyles, qu'elle bichonne avec amour. Cette disquaire sillonne la France pour vendre ses trésors. Elle ne compte pas les heures et travaille souvent les week-ends. Une vie sans enfants, mais non sans projet pour autant. Avec son compagnon, ils partagent la passion des voyages et veulent se marier. Lui annoncer qu'elle ne voulait pas d'enfants a été un moment difficile pour Laure qui craignait de le perdre. Ne pas avoir d'enfants reste à ce jour un sujet tabou, comme le souligne une psychologue rencontrée par France 2.

Leurs cris de détresse ont été entendus. Notre Une, du mercredi 16 janvier, sur « Ces malades mentaux livrés à eux-mêmes », qui évoquait le lourd problème de ces patients laissés à l’abandon, faute...

Que ce soit pour lutter contre le stress ou tenir une cadence de plus en plus élevée, de nombreux salariés consomment du tabac, de l'alcool ou des médicaments psychotropes. Certaines entreprises mettent en place des plans pour lutter contre ces consommations addictives.

Un problème de notice d'utilisation contraint l'Agence nationale du médicament à rappeler quatre lots du laboratoire Sandoz.

Mutuelle, assurance santé, prévoyance... Le gouvernement veut permettre aux assurés de résilier leur contrat n'importe quand.

L'histoire de la tuberculose est à ce titre instructive. Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent. La question du jour: «Avec l'évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?» La réponse de Drew Smith, biologiste moléculaire: On a déjà ...

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.