Docteur en médecine générale

  • Lieu: Toute la France
  • Poste(s) recherché(s): MEDECINE GENERALE Médecin Coordonnateur MEDECIN COORDINATEUR MEDECIN HYGIENISTE Médecin Conseil
  • Publiée: 27/05/2019

Formation

Experience Professionnelle

Curriculum Vitae
BENGOUFFA Abdessamed
Médecin Inspecteur en Chef Coordinateur
Direction de la Santé et de la Population (DSP), Wilaya de Sidi Bel - Abbès, Algérie
Adresses :
Bureau : 06, rue Benfriha Abdelkader, Wilaya de Sidi Bel - Abbès, Algérie
Téléphone : (213) 05 56 17 94 12
Email : bengouffabdou@gmail.com
Domicile : 10 Bloc I, Cité 200 logements ENIE, Wilaya de Sidi Bel - Abbès, Algérie
Informations Générales :
Naissance Le 10 Septembre 1958
Civilité Marié, père de six enfants
Nationalité Algérienne
Langues Français, arabe et anglais
Titres et Diplômes :
2017 Médecin Inspecteur en Chef Coordinateur
2015 Médecin Inspecteur en Chef
2005 Diplôme de Praticien Inspecteur, de l’Ecole Nationale de Santé Publique d’Alger
2004 Certificat d’Etudes Supérieurs (CES) en Biostatistique de la Faculté de Médecine
d’Oran
1994 Médecin Généraliste Principal Coordinateur
Médecin Généraliste Principal
1989 Médecin Généraliste en Chef
1984 Diplôme de Docteur en Médecine de la Faculté de Médecine d’Oran
1977 Baccalauréat Option Sciences Bilingues du Lycée Azza Abdelkader de la Wilaya
de Sidi Bel - Abbès

Formations :
2009 Séminaire de Formation en Hygiène Hospitalière destiné aux Praticiens Inspecteurs, organisé par
l’Institut National de Santé Publique à Alger.
2007 Formation sur la Gestion des Bases de Données sur Logiciel SPSS à la Faculté de
Médecine de Sidi Bel - Abbès.
2002 Formation au Cours d’Economie de la Santé organisé par l’Institut National de Santé
Publique à Alger.
Postes occupés :
2017 - Médecin Inspecteur en Chef Coordinateur à la DSP de la Wilaya de Sidi Bel – Abbès
2015 - 2017 Médecin Inspecteur en Chef à la DSP de la Wilaya de Sidi Bel – Abbès
2012- Médecin Inspecteur positionné et activant à la Wilaya de Sidi Bel – Abbès
2008 - 2012 Médecin Inspecteur positionné à la Wilaya de Sidi Bel – Abbès et activant à la Wilaya de Sidi Bel Abbés.
2006 - 2008 Médecin Inspecteur positionné à la Wilaya de Sidi Bel – Abbès et activant à la Wilaya de
Saida
2002 Directeur par Intérim de la DSP de la Wilaya de Sidi Bel - Abbès (le mois de
Juillet)

1997 - 2015 Médecin Inspecteur à la DSP de la Wilaya de Sidi Bel - Abbès par Décision
n°05/97 ; conformément au Décret Exécutif n°91.106 du 27/04/1991
Portant Statut Particulier des Praticiens Médicaux Généralistes et
Spécialistes de Santé Publique.

1995 - 1997 Médecin Inspecteur par Intérim à la DSP de la Wilaya de Sidi Bel - Abbès
1995 Directeur par Intérim du Secteur Sanitaire de Ben Badis de la Wilaya de
Sidi Bel - Abbès (du 16 juillet au 23 septembre 1995).
1985 - 1995 Médecin Généraliste au niveau du Secteur Sanitaire de Ben Badis de la
Wilaya de Sidi Bel - Abbès
Enseignement :
1996 - 2005 Enseignant Vacataire de trois modules (Santé Publique, Sémiologie et
Gastroentérologie) à l’Ecole de Formation Paramédicale de Sidi Bel - Abbès
Autres Activités Principales :
2009 Membre de l’équipe des Praticiens Inspecteurs ayant participé aux Audits en
Hygiène Hospitalière du MSPRH, effectuées au niveau des Etablissements de
Santé Publique des Wilayas d’Alger et d’Oran.
2003 Président du Comité de Pilotage des Réformes de la Wilaya de Sidi Bel - Abbès
par Décision n°38 du 05/05/2003 portant Création du Comité de Pilotage des
Réformes.
1994 - 1995 Président du Conseil Médical au niveau du Secteur Sanitaire de Ben Badis de
La Wilaya de Sidi Bel - Abbès
1986 - 1988 Président du Conseil Médical au niveau du Secteur Sanitaire de Ben Badis de
la Wilaya de Sidi Bel - Abbès
Productions scientifiques :
Ouvrage :
Problématique du Changement: Entre Concepts et Réalités.
Bengouffa Abdessamed
Editions Universitaires Européennes. ISBN : 978-613-1-58546-3. Saarbrücken 2011.
Mémoires de fin d’étude:
2005 Mémoire de fin d’étude en vue d’obtention du Diplôme de Praticien
Inspecteur intitulé « La Problématique du Changement : Entre Concepts et
Réalités en 2005 relatif à la mise en œuvre du Processus des Réformes du
Système de Santé ».
2004 Mémoire de fin d’étude en vue d’obtention du Certificat d’Etudes Supérieurs
en Biostatistique, intitulé « La Prévalence des Personnes Handicapées de la wilaya de Sidi Bel Abbés.

Centres d'intérêt

Contacter ce candidat

Recopiez le nombre 15 en lettres minuscules
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

POLEMIQUE - Ces parlementaires LR, UDI et indépendants, PS, Libertés et territoires, LREM et MoDem demandent « au gouvernement de maintenir le niveau de remboursement à 30% de cette méthode thérapeutique »

MANGER SAIN - Manger à sa faim, ni trop, ni pas assez, est l’une des clés d’une alimentation équilibrée. Combien de fois, après un bon repas, nous sentons-nous trop lourds et regrettons d’avoir repris un peu du plat principal ou un dessert?

Félix Tshisekedi a décidé de faire passer la riposte sous « la supervision directe » de la présidence de la République par le biais d’un secrétariat technique composé d’experts nationaux.Cette équipe de spécialistes a pour mission d’assurer « la coordination de l’ensemble des activités de mise en œuvre de la stratégie de riposte à la maladie à virus Ebola », dit le communiqué signé par Vital Kamerhe, directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. Le même document précise que ce secrétariat technique est chargé de mettre en place « toutes les mesures innovantes urgentes et indispensables au contrôle rapide de l’épidémie ».► Lire aussi : L'OMS déclare Ebola une « urgence » sanitaire mondialeCes sept personnes seront dirigées par le professeur Jean Jacques Muyembe Tamfum, directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale. Celui-ci avait déjà fait partie de l’équipe ayant enquêté sur la première flambée connue de maladie à virus Ebola, en 1976. Et dans le cadre de l’actuelle épidémie, il était jusque-là président de la commission laboratoire. Il supervisait l'utilisation des traitements thérapeutiques.Malaise dans la coordinationCette nouvelle mise en place révèle également un malaise dans la coordination de la riposte au niveau national. Au ministère de la Santé, par exemple, certaines sources affirment ne pas comprendre le fonctionnement de la riposte avec la nouvelle configuration de l’équipe dirigeante et estiment que la présidence ne leur a pas fourni toutes les explications nécessaires.Dans le même temps, sur le terrain, les équipes de sensibilisation sont à pied d’œuvre. Écoutez ainsi notre reportage dans le Sud-Kivu avec une équipe qui forme les personnels soignants, notamment à Bukavu.

Des rumeurs sur une contamination radioactive au tritium de l'eau potable dans la capitale ont suscité de nombreuses inquiétudes ces dernières heures.

Les projections des experts, même les plus optimistes, annoncent des changements inexorables dans nos sociétés et la biodiversité qui nous entoure. Mais les conséquences de nos actions sont déjà visibles aujourd'hui.

Deux non-lieux ont été prononcés dans les dossiers Eternit et Ferodo-Valeo. Dans un rapport, Santé publique France tire la sonnette d'alarme sur la fibre.

Un appel à candidatures a été lancé par l'Agence nationale de sécurité sanitaire pour déterminer "le potentiel caractère cancérogène" du pesticide controversé.

Malgré le risque de propagation dans la région, il ne faut pas imposer des restrictions de voyage aux Congolais ou étrangers qui entrent et qui sortent de la République démocratique du Congo (RDC). C'est ce qu'a demandé, vendredi 19 juillet, le chef du Centre africain de contrôle des maladies lors d'une conférence de presse à Addis-Abeba. Ces mesures seraient contre-productives.Selon ce haut responsable de l'Union africaine, interdire les mouvements de populations serait contre-productif, parce que cela augmenterait les déplacements clandestins et réduirait le nombre de contrôles, en augmentant ainsi le risque de propagation du virus.Cet avis est également partagé par la société civile et l'opposition congolaise, qui redoutent l'asphyxie économique d'une zone commerçante à l'est de la RDC, à la fois frontalière avec l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi.En Ouganda, le ministère de la Santé reste confiant. Quarante-deux personnes qui ont été en contact avec une marchande congolaise de poissons auraient déjà été identifiées et aucune ne présenterait de symptômes. Cette marchande s'était rendue à Kasese. Elle avait vomi plusieurs fois sur la place du marché, avant de rentrer dans son pays et de mourir d'Ebola, le 15 juillet dernier.► À écouter aussi :Ebola en RDC, « la réponse est extrêmement difficile »Le docteur Nkengasong, du Centre africain de contrôle des maladies, soulignait vendredi, lors de sa conférence de presse, que les jours de marché, des dizaines de milliers de personnes se rendent de RDC ou encore en Ouganda et que cela augmente sans nul doute la possibilité de propager le virus.Mais il rappelle aussi que depuis le début de l'épidémie au Congo, il y a un an, il n'y a toujours pas d'épidémie d'Ebola déclarée en Ouganda. Les restrictions de voyage risqueraient de « renforcer les passages clandestins et réduire la portée des contrôles », indique pour sa part une source au ministère congolais de la Santé.Un temps, l'OMS avait évoqué le risque que cette vendeuse de poissons congolaise se soit rendue également au Rwanda. Mais les gouvernements rwandais, ougandais ainsi que l'organisation internationale démentent en bloc.« C'est une erreur dans ce cas mais on recherche toujours des personnes qui étaient en contact avec le pasteur qui est mort le 16 juillet, après son passage à Goma », explique une source officielle.Une centaine de personnes avec qui il a pu être en contact ont déjà été identifiées par l'équipe de la riposte. Parmi elles, une vingtaine de cas sont suspects. Les recherches se poursuivent pour retracer les déplacements du pasteur et des personnes avec lesquelles il a pu être en contact, selon le ministère de la Santé.De son côté, le président Félix Tshisekedi s'est dit soulagé après la reconnaissance, par l'OMS, d'Ebola comme une urgence de santé publique de portée internationale.

CA VA CHAUFFER - Alors que la canicule est de retour dans les prochains jours en France, certains risquent de subir des désagréments à cause de la clim

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau. Actuellement au cinéma, le film The Mountain nous rappelle ce geste d'un autre temps qu'est la lobotomie. Son réalisateur Rick Alverson embarque le ...

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.