MEDECINS DU TRAVAIL H/F

  • Publié le: 14/01/2019
  • Rémunération: A définir
  • Lieu: Ile de France
  • Type de contrat: Non précisé
  • Temps de travail: Temps plein ou Temps partiel
  • Experience: Indifférent

Descriptif du poste

Le CMIE, Service de santé au travail, recherche

pour son centre de Sénart dans le 77,
pour Paris et Région parisienne,

DES MEDECINS DU TRAVAIL

Animées par la même volonté de faire avancer les métiers en Santé au Travail, nos équipes pluridisciplinaires réparties sur 8 pôles d’activités mettent au quotidien leur énergie en commun pour conseiller
16 000 entreprises adhérentes et préserver la santé au travail de leurs 315 000 salariés.


Si vous souhaitez vous épanouir au sein d’une structure à taille humaine mettant à la disposition de ses médecins les moyens nécessaires, alors n’hésitez plus et rejoignez nous !

Profil

Titulaires du CES/DES de médecine du travail (ou équivalence reconnue).

Pour postuler, merci de transmettre votre dossier :
CMIE - DRH - 80 rue de Clichy - 75009 PARIS
par mail : emplois@cmie.asso.fr
Renseignements : 01 49 70 84 58

www.cmie.fr

Coordonnées Recruteur

Le CMIE, Service de santé au travail,

DRH - 80 rue de Clichy 75009 Paris

site internet

Nom du contact: DRH

Tel du contact: 01 49 70 84 58

Email du contact: emplois@cmie.asso.fr

A propos de l'établissement

Le CMIE , association de loi 1901, a été fondé en 1964 par le Docteur Raymond DUPUY et l'inspecteur général du travail M. Raymond BLANC...
Le Docteur DUPUY, médecin et contrôleur général des armées, avait précédemment fondé le dispensaire du Centre Médical Europe.
L'objectif commun et pérenne des deux fondateurs était de promouvoir un accompagnement personnalisé des entreprises et une prise en charge adaptée de leurs salariés.
De ses fondateurs, le CMIE a hérité une volonté de rigueur et un véritable sens du service. Ces valeurs sont le socle de notre mission auprès de nos entreprises adhérentes et de leurs salariés.
Le CMIE est présidé par Mme Claudine SULITZER et dirigé par M. Jean-Paul TESSIEREAU.

Catégories

  • MEDECINE GENERALE
  • MEDECIN DU TRAVAIL
  • MEDECIN DE PREVENTION

Postuler à ce poste

Recopiez le nombre 20 en lettres minuscules

Restez informé de l'actualité de l'emploi et des opportunités de carrière dans votre discipline.
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Dans son premier rapport sur la santé des migrants en Europe, l’OMS conclut que les migrants sont plus vulnérables devant la maladie. S'ils ne sont pas forcément en mauvaise santé au moment de leur arrivée, leurs conditions de vie précaires les exposent aux maladies infectieuses, au diabète ou à la dépression. Avec notre correspondant à Genève,  Jérémie Lanche Première conclusion : les migrants sont moins exposés aux maladies non transmissibles comme le cancer ou les AVC à leur arrivée. Mais plus leur séjour se prolonge, plus ils sont à risques. L'un des problèmes majeurs reste les maladies infectieuses, comme la tuberculose. Sauf que les disparités sont énormes selon les pays, d'une part, mais aussi selon les statuts des migrants. « Dans la plupart des cas, les migrants illégaux n'ont pas accès aux systèmes de santé. C'est pourtant la meilleure solution pour protéger non seulement les migrants, mais aussi les populations de ces pays. Les bénéfices dépassent largement le coût de la prise en charge de ces migrants clandestins. Nous devons encore affiner l'analyse économique, mais c'est déjà un argument que nous pouvons utiliser auprès des Etats européens », explique Zsuzsanna Jakab, la directrice régionale de l'OMS pour l'Europe. Le rapport démonte également plusieurs mythes. Non, les migrants ne sont pas tous porteurs du VIH. Ils contractent plus facilement la maladie en Europe. L'OMS affirme aussi que les migrants transmettent d'ailleurs très peu de maladies dans les pays hôtes. ► (Re) lire : Santé mentale des migrants: une étude sonne l’alarme

L’épisode glacial qui a gagné la France n’est pas à prendre à la légère. D’autant plus lorsqu’il annonce plusieurs centimètres de neige dans les deux prochains jours dans certains endroits. Quand...

"Je viens défendre la vie, de son commencement jusqu'à sa fin", exprime une femme. Dimanche 20 janvier a eu lieu La marche pour la vie à Paris, dont le slogan principal proclame l'opposition au droit à l'avortement. En filigrane, les manifestants mettent en avant la peur que les médecins soient obligés de pratiquer un avortement, et ne puissent plus avoir recours à la clause de conscience afin de ne pas pratiquer une IVG. La clause de conscience des médecins évoquée... à tort Plusieurs pharmaciens et médecins étaient dans le cortège, de même que des curés également. "Maintenant, l'État oblige les médecins à faire les avortements. Alors qu'il y en a qui ne veulent pas", assure une dame qui se voit expliquer le contraire. Les médecins peuvent toujours en France refuser de pratiquer une interruption volontaire de grossesse. D'autres assurent aussi que la gestation pour autrui (la GPA), "ça arrivera". Celle-ci n'est à ce jour pas envisagée par le gouvernement.

VOUS TEMOIGNEZ - De plus en plus de femmes se lancent dans l’aventure de la maternité après 40 ans…

SANTE - Trois bébés sont nés sans bras, en 2016, dans trois villes situées dans la zone industrialo-portuaire de l’étang de Berre. La cause est « probablement environnementale », estiment les médecins. Cette région est très polluée…

Dans cette sélection du 21 janvier 2019 : une deuxième grossesse génétiquement modifiée, trois nouveaux cas de bébés sans bras rapportés dans les Bouches-du-Rhône et le procès des "lasagnes au cheval".

Les astuces de grand-mère trouvent encore grâce aux yeux des parents. «Mets ton manteau!», «Sèche toi les cheveux!», «Mets ton bonnet!»... autant de phrases que les parents rabâchent à leurs enfants pour ne pas qu'ils s'enrhument quand le froid hivernal se fait sentir. Mais ces parents se réfèrent souvent à des mythes infondés. Une ...

Trois petites filles sont nées avec un bras en moins en 2016, dans un périmètre de seulement 30 km de rayon... Un nouvel excès de cas qui pose question.

"Je mange mes émotions, je les engouffre et les avale pour mieux oublier ma vie." Ces mots sont tirés de "Grosse", le dernier film du réalisateur et youtubeur Maxime Ginolin, alias MagiCJacK. À travers cette œuvre, le cinéaste a voulu pointer toutes les discriminations dont sont victimes les personnes atteintes d'obésité. Pour l'écriture du scénario, il s'est notamment appuyé sur le groupe de parole "Obèses anonymes". En assistant aux séances de l'association, il a pris conscience de l'ampleur des attaques et des accusations qui pouvaient être infligées aux personnes en surpoids. Pour le cinéaste, beaucoup soulignent l'obésité mais négligent les traumatismes à l'origine de la pathologie : "Dire seulement à quelqu'un de faire du sport, ça ne traite absolument pas l'aspect psychologique qu'il peut y avoir derrière", explique Maxime Ginolin.Ces injonctions, cette façon de faire, ces moqueries sont des choses qui peuvent détruire des personnes et les marquer sur toute une vie. Maxime Ginolin à Brut.En France, 47 % de la population est atteinte de surpoids ou d'obésité. Chez les jeunes de 16 à 17 ans, ce sont 16 % des garçons et 18 % des filles qui sont touchés par l'excès de poids. Maxime Ginolin précise que sous le poids des remarques, certaines personnes vont "sombrer" ou amorcer un régime qui peut être très démotivant s'il n'aboutit pas aux résultats escomptés.

Les autorités chinoises confirment l'existence des deux jumelles génétiquement modifiées par CRISPR-Cas9 annoncée par He Jiankui et révèlent l'existence d'une deuxième grossesse en cours.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.