MEDECIN DE PREVENTION

  • Publié le: 15/05/2019
  • Rémunération: Voir annonce
  • Lieu: (75) Paris
  • Type de contrat: CDI
  • Temps de travail: Temps plein ou Temps partiel
  • Experience: Indifférent
  • Référence de l'offre: 18-073

Descriptif du poste

L’Inserm recrute,

un MEDECIN DE PREVENTION H/F

Pour le suivi d’une population de chercheurs, d’ingénieurs, techniciens et administratifs, environ 1500 agents.
Par ailleurs, le Médecin de prévention travaille en collaboration étroite avec les médecins de prévention chargés de mission, le médecin coordonnateur et les conseillers de prévention

Conditions de recrutement : Le poste est basé à l’Hôpital Saint Antoine principalement

CDI - Temps plein ou temps partiel possible - Prise de fonction souhaitée dès que possible

Rémunération : Sur grille spécifique

Profil

MEDECIN DE PREVENTION

Titulaire du DES/CES ou équivalences reconnues. Contrat de droit public

- Pour toutes questions relatives à l’exercice de la médecine de prévention contacter :
Beatrice BIE – Médecin Coordonnateur de l’Inserm au 01.44.23.62.42

- Pour plus d’information sur l’Inserm vous pouvez consulter le site institutionnel : www.inserm.
fr rubrique « Qu’est-ce-que l’Inserm ? »
Pour postuler, merci d’envoyer CV et lettre de motivation sous la référence 18-073
Par mail à : beatrice.bie@inserm.fr et recrutement.ads@inserm.fr

Coordonnées Recruteur

INSERM

101 rue de Tolbiac 75654 Paris Cedex 13

site internet

Nom du contact: Beatrice BIE

Tel du contact: 01.44.23.62.42

Email du contact: beatrice.bie@inserm.fr

A propos de l'établissement

Créé en 1964, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche.

L'Inserm, seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine, s’est vu confier, en 2008, la responsabilité d’assurer la coordination stratégique, scientifique et opérationnelle de la recherche biomédicale. Ce rôle central de coordinateur lui revient naturellement par la qualité scientifique de ses équipes mais également par sa capacité à assurer une recherche translationnelle, du laboratoire au lit du patient.

Le décret adopté en mars 2009 va permettre à l’Inserm d’assumer ses missions dans le contexte de la recherche face aux nouveaux défis scientifiques, sanitaires et économiques du XXIe siècle. L’expertise et la veille scientifiques sont désormais inscrites comme missions officielles de l’Institut.

Cette mission de coordination a conduit à la création de 10 instituts thématiques associés à l’Inserm, début 2008, dont le rôle est pérennisé par ce nouveau décret où leurs attributions, état des lieux de la recherche française dans leur domaine, animation de cette recherche, définition des objectifs, sont clairement définies.

Pour remplir ses missions, l'Institut a été conçu dès l'origine dans un partenariat étroit avec les autres établissements de recherche publics ou privés, et les lieux de soins que sont les hôpitaux. Aujourd'hui, 80 % des 318 unités de recherche Inserm sont implantées au sein des centres hospitalo-universitaires, ou des centres de lutte contre le cancer. Les campus de recherche du CNRS, ainsi que les Instituts Pasteur et Curie accueillent eux aussi des structures de recherche Inserm. L’Université, placée au centre du dispositif de recherche par la loi sur l’autonomie des universités, sera également un partenaire privilégié.

La coordination nationale se trouve renforcée par la création, en avril 2009, de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé, dont l’Inserm est signataire aux côtés d’autres organismes et instituts de recherche et de la conférence des présidents d’université. Pour élargir la coordination stratégique et programmatique de la recherche à l'ensemble des sciences de la vie et de la santé, l'Alliance s'appuie sur une organisation en 10 instituts thématiques multi-organismes, dont la direction est assurée conjointement par deux organismes de recherche (Inserm, CNRS, CEA ou Inra), selon le domaine de recherche.

Enfin, l’Inserm joue un rôle de première importance dans la construction de l’espace européen de la recherche et conforte sa position à l’international par d’étroites collaborations (équipes à l’étranger et laboratoires internationaux associés).

Catégories

  • MEDECIN DU TRAVAIL
  • MEDECIN DE PREVENTION

Postuler à ce poste

Combien font 5 plus 3

Restez informé de l'actualité de l'emploi et des opportunités de carrière dans votre discipline.
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Vincent Lambert, devenu malgré lui le symbole du débat sur la fin de vie, mourra-t-il dans les prochains jours? L'arrêt des soins de ce patient en état végétatif depuis dix ans est programmé cette semaine, mais ses parents espèrent toujours suspendre la décision par de "nouveaux recours".

JUSTICE - La défense de Frédéric Péchier dénonce « une volonté de nuire »

Les Français changent leurs habitudes alimentaires. Un mouvement permanent qui touche d'ailleurs les produits de base. Premier constat : nous mangeons moins de pain et moins de lait. "Aujourd'hui, on mange en moyenne 120 gammes de pain par jour et par personne, soit l'équivalent d'une demi-baguette, contre une baguette et demie, il y a cinquante ans", souligne en plateau la journaliste de France 2 Christelle Méral. Baisse également pour le lait dont la consommation est passée de 63 litres par an et par personne en 2003, à 45 litres seulement aujourd'hui. Les Français boudent également la viande Parmi les raisons de ces baisses de consommation de lait et de pain : les Français sautent de plus en plus le petit-déjeuner. "Par ailleurs, les nutritionnistes s'interrogent sur les bienfaits nutritionnels du lait et déconseillent le pain blanc", explique la journaliste, en plateau. Moins de pain, moins de lait, mais également moins de viande. En dix ans, la consommation de viande rouge et charcuterie a baissé de 12%. Cela s'explique surtout par les mises en garde des médecins et le souci du bien-être animal.

Alors que l'arrêt des soins de Vincent Lambert doit débuter ce lundi, les membres de sa famille qui y sont opposés ont organisé dimanche 19 mai un rassemblement à Reims (nord-est) devant l'hôpital où il se trouve.Près de 200 personnes se sont rassemblées ce dimanche devant le CHU de Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert. Elles sont venues soutenir les membres de sa famille qui s'opposent à l'arrêt des soins, validé fin avril par le Conseil d'Etat, pour que l'homme tétraplégique dans un état végétatif depuis dix ans puisse continuer à vivre. « La vie pour Vincent, la vie pour Vincent », scandent-elles.Un bouquet de fleurs à la main, sa mère, Vivianne Lambert, prend la parole. « Vincent n'est pas en fin de vie. Je demande à ce que Vincent soit transféré dans des unités spécialisées. Il est enfermé à clé dans le couloir de la mort », dénonce-t-elle. « Ils sont en train de le tuer. C'est de l'euthanasie déguisée. » Mais elle ne perd pas espoir. « On se battra encore », promet-elle. Sa voix s'étrangle : « Vincent vivra, j'en suis sûre. Je suis sa maman, j'ai le droit de le défendre. » à côté d'elle, ses soutiens entonnent des chants religieux.Six ans de bataille judiciaireCela fait six ans que la famille Lambert se déchire devant les tribunaux. D'un côté, ses parents ainsi qu'un frère et une soeur, farouchement opposés à l'arrêt des soins. De l'autre, son épouse Rachel, six frères et soeur et son neveu, qui dénoncent un acharnement thérapeutique.Les premières procédures datent de 2013, cinq ans après l'accident de la route qui a plongé le jeune infirmier dans un état végétatif, jugé irrémédiable par les médecins dès 2011. En avril 2013, l'hôpital engage un protocole de fin de vie en accord avec son épouse. Mais le mois suivant, un tribunal administratif constate que les parents n'avaient pas explicitement été informés de la décision des médecins et ordonne de rétablir son alimentation.Au cours des années suivantes, quatre procédures d'arrêt des soins sont décidées par les médecins, mais suspendues par la justice. Jusqu'à ce que le Conseil d'État valide le 24 avril dernier une décision du tribunal administratif autorisant la procédure, sur la foi d'une nouvelle expertise médicale qui a conclut que l'état végétatif de Vincent Lambert est bien irréversible.Un comité de l'ONU, saisi par les parents, a certes redemandé vendredi à la France de suspendre toute décision dans l'attente d'une instruction sur le fond, mais cet avis n'a pas de caractère contraignant. Les avocats des parents ont donc annoncé qu'ils déposeraient d'ultimes recours ce lundi, sans toutefois préciser devant quelle juridiction. Si l'arrêt des traitements est enclenché, ils envisagent de poursuivre le docteur Sanchez, médecin en charge de Vincent Lambert, pour homicide.

Pas question d'accepter l’arrêt des traitements prévu par la justice à partir du lundi 20 mai. Les parents de Vincent Lambert et son demi-frère se sont exprimés pour réitérer leur volonté de continuer les soins du patient de 42 ans, hospitalisé dans un état végétatif et tétraplégique depuis 2008 suite à un accident de la route. Un cas qui divise la famille D'un côté, son épouse Rachel est pour l'arrêt des traitements, contrairement aux parents, fervents catholiques et qui voient dans l'arrêt des soins une euthanasie. Le Conseil d'État et la Cour européenne des droits de l'Homme ont statué pour un arrêt du traitement. "S’il n'est pas en fin de vie, c'est parce qu'on lui fait un maintien artificiel depuis tout ce temps. Mais à partir du moment où on a décidé que ce maintien artificiel n'avait plus de sens, qu'il était déraisonnable et que c'était de l'acharnement thérapeutique, il va rentrer dans une phase de fin de vie en quelques jours. La médecine est capable de maintenir les gens artificiellement en vie pendant très longtemps. La preuve, lui ça fait dix ans. S’il n’y avait pas ces mesures, ça ferait dix ans qu'il serait décédé", détaille le Dr Bernard Devalois de l'unité de soins palliatifs de la maison de santé Bagatelle à Bordeaux (Gironde), qui a fait partie de la première procédure d'examen du patient en 2013. La mère s'oppose à ces arguments, tandis que sa femme Rachel a décidé de garder le silence, attendant l'application de la décision de justice.

Les parents de Vincent Lambert ont annoncé dimanche 19 mai qu'ils allaient déposer de "nouveaux recours" pour tenter de suspendre la décision concernant l'arrêt des soins de leur fils, annoncé pour la semaine du 20 mai. Mais pour l'heure, personne ne sait exactement ce qu'il va réellement se passer. "Les parents de Vincent Lambert disent ne rien savoir et être laissés dans l'incertitude par les médecins. L'équipe médicale de l'hôpital de Reims, elle, a annoncé qu'elle va commencer le protocole de fin de vie à partir de demain, mais sans plus de précisions", rapporte le journaliste de France 3 Clément Weill-Raynal. Une manifestation organisée Un processus d'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation qui se déroule "sur plusieurs jours", précise l'envoyé spécial à Reims (Marne). En guise de nouvelle tentative désespérée, les parents de Vincent Lambert ont manifesté, accompagnés de plusieurs dizaines de personnes, devant l'hôpital de Reims. Ils ont d'ailleurs annoncé qu'ils allaient déposer plainte lundi 20 mai contre le docteur Sanchez, responsable du service où se trouve actuellement Vincent Lambert.

Ultimes recours, déclarations politiques, manifestation: la tension monte, alors que l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de ce patient tétraplégique en état de conscience minimale est programmé cette semaine.

"La vie pour Vincent !" : environ 200 personnes se sont rassemblées dimanche après-midi devant le CHU de Reims pour soutenir les parents de Vincent Lambert et protester contre l'arrêt des traitements - programmé à partir de lundi - de ce patient en état végétatif depuis plus de dix ans.

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce dimanche devant l'hôpital où se trouve Vincent Lambert, dans un état végétatif depuis 10 ans.

L'Académie royale de Belgique alerte sur les dangers que le véganisme peut représenter pour les plus jeunes. Et réfléchit à des mesures, rapporte Slate.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.