MÉDECIN DE PRÉVENTION

  • Publié le: 14/08/2018
  • Rémunération: Voir annonce
  • Lieu: (54) Meurthe et Moselle
  • Type de contrat: Voir annonce
  • Temps de travail: Temps plein ou Temps partiel
  • Experience: Indifférent
  • Référence de l'offre: UL

Descriptif du poste

Porteuse de valeurs humanistes, engagée dans une politique d’amélioration de la santé, du bien être et de la qualité de vie au travail de ses collaborateurs, l’Université de Lorraine renforce son équipe pluridisciplinaire de santé au travail en recrutant

UN MÉDECIN DE PRÉVENTION (F/H)

Nous rejoindre, c’est participer à un projet innovant orienté vers une approche globale de la santé.

C’est privilégier un environnement de travail stimulant et passionnant (diversité des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche, diversité des risques professionnels, diversité des 53 sites géographiques qui nous unissent).

Si vous avez des projets et que nos valeurs vous parlent, nous avons des perspectives professionnelles à vous offrir.
Cette équipe pluridisciplinaire est susceptible d’intervenir également pour d’autres établissements partenaires de l’Université de Lorraine oeuvrant dans les champs de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Descriptif du poste / Profil du candidat
Se référer à la fiche de poste

-Rémunération : grille de rémunération des médecins de prévention du CNRS

-Lieu : Nancy (avec déplacements sur les différents sites de l’Université de Lorraine)

-Type de contrat : par voie contractuelle (CDI)

-Temps de travail : temps plein ou partiel

-Expérience : indifférent

-Prise de poste : à compter de 01/2019

Profil

MÉDECIN DE PRÉVENTION

-Etre titulaire du certificat d’études spéciales médecine du travail ;
-Etre titulaire du diplôme d’études spécialisées de médecine du travail ;
-Etre titulaire d’une capacité en médecine de santé au travail et de prévention des risques professionnels

Pour postuler, veuillez adresser une lettre de motivation, votre CV ainsi que vos prétentions salariales à Madame Estelle MOEGLIN, Chargée d’accompagnement individuel et parcours professionnel - Courriel : estelle.moeglin@univ-lorraine.fr.

Pour tout renseignement sur le poste merci de pendre contact avec le Docteur Lydie Mayeux – Médecin de prévention de l’Université de Lorraine
(Tel : 03 72 74 02 81 / Courriel : lydie.mayeux@univ-lorraine.fr).

Coordonnées Recruteur

UNIVERSITE DE LORRAINE

34 Cours Léopold 54000 Nancy

site internet

Nom du contact: Madame Estelle MOEGLIN

Tel du contact: .

Email du contact: estelle.moeglin@univ-lorraine.fr

A propos de l'établissement

Première région campus de France, l’Université de Lorraine est une grande université pluridisciplinaire française d’envergure internationale.
Implantée sur les quatre départements lorrains, elle est un acteur majeur du développement économique et social de la région Grand-Est.
Plus de 57 000 étudiants, 6 860 personnels, 43 composantes de formation, 61 laboratoires de recherche font la richesse et la diversité de ce grand établissement

Catégories

  • MEDECIN DU TRAVAIL
  • MEDECIN DE PREVENTION

Postuler à ce poste

Quel est le prénom de Jules Verne ?

Restez informé de l'actualité de l'emploi et des opportunités de carrière dans votre discipline.
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Les nouvelles ne sont pas rassurantes concernant l’état de santé d’Aretha Franklin. Hospitalisée d’urgence ce lundi 13 août, la reine de la soul est rentrée chez elle métamorphosée. Et si sa famille se prépare désormais au pire, la chanteuse compte bien se battre de toutes ses forces.

Deux patients amputés du bras ont pu ressentir leur prothèse comme faisant partie de leur corps. À l'aide de la réalité virtuelle et de stimulations électriques, les patients finissent par assimiler leur membre fantôme à la prothèse. Il reste aux chercheurs à trouver un moyen de pérenniser les bénéfices de ce nouveau procédé.

L’infection par molluscum contagiosum est une maladie sans gravité qui touche surtout les enfants et se manifeste par l’apparition de petites pustules dont il n’est pas facile de se débarrasser.

Les prétendues vertus thérapeutiques de ces bijoux ne sont pas fondées. Pire : faire porter un collier d’ambre en permanence à un enfant lui fait courir un risque de strangulation ou d’étouffement.

Longtemps, le déclenchement a été perçu comme un facteur de risque de césarienne. Or selon une récente étude, il permettrait en fait de réduire la fréquence de cet acte chirurgical.

MUSIQUE - L’état de santé de la chanteuse peut encore s’améliorer…  

Avec la retraite à 62 ans et la dégradation des conditions de travail, les arrêts maladies sont de plus en plus longs et coûteux. L'État a eu une idée : et s'il faisait financer les arrêts maladie par les entreprises pour faire des économies ? En 2017, les arrêts maladie ont coûté 10.5 milliards d'euros à la Caisse nationale de l'assurance maladie. Et entre 2013 et 2016, ce coût a augmenté de plus de 13%. Aujourd'hui, comment cela se passe quand on tombe malade ? Dans le privé, les trois premiers jours ne sont pas indemnisés, c'est ce qu'on appelle la carence. Dansle public, elle ne dure qu'un jour. À partir du quatrième jour, la sécurité sociale rembourse 50% du salaire et à partir du huitième jour, l'employeur verse aussi un complément. Responsabiliser les entreprises Le gouvernement envisage de faire passer quatre jours à la charge de l'employeur pour les arrêts de moins de huit jours. Les trois jours de carence, eux, ne bougent pas. L'État cherche à responsabiliser les employeurs. Selon un rapport de l'IGAS, plus un travail est pénible et plus il y a de risques de prescrire un arrêt de travail. Les secteurs les plus touchés sont la santé, l'action sociale et le BTP. De son côté le MEDEF parle de "double peine". La mesure sera présentée à la rentrée aux partenaires sociaux.

Big Brother est bel et bien parmi nous.

LE SCAN SPORT - Le Docteur Eric Rolland, médecin du PSG depuis 2007, n'interviendra plus pendant les matches mais reste directeur médical du club. Retour sur un personnage contesté qui aura fait couler beaucoup d'encre au cours de ses onze ans sur le banc.

« Au départ les médecins nous disaient que si Luka ne marchait pas, c’est parce qu’il était le petit dernier et qu’on le chouchoutait trop », se souvient Tiphaine Laroux, de Mary-sur-Marne. Depuis...

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.