MEDECIN COLLABORATEUR

  • Publié le: 30/06/2020
  • Rémunération: Voir annonce
  • Lieu: (11) Aude
  • Type de contrat: Voir annonce
  • Temps de travail: voir annonce
  • Experience: Indifférent

Descriptif du poste

Le Centre de gestion de la Fonction publique territoriale de l’Aude recrute

UN MEDECIN DU TRAVAIL
ou MEDECIN DE PRÉVENTION
ou MEDECIN COLLABORATEUR H/F


Type d’établissement : Administration - Structures publiques territoriales.
Rémunération : Statutaire + Régime indemnitaire.
Disponibilité : Immédiate.
Niveau d’expérience : Indifférent.
Statut : Salarié en CDD ou CDI ou médecin territorial titularisé, à temps plein (35h) ou temps non complet.

Résidence administrative : Carcassonne.

Le Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale de l’Aude RECRUTE pour son service « Médecine professionnelle et préventive » :

Un MEDECIN DE PREVENTION

Ce service, doté de deux assistantes médicales et constitué d’une équipe pluridisciplinaire, fait partie du Pôle « Conseil en santé au travail ».

Le médecin de prévention aura pour mission d’assurer la médecine de prévention pour les agents recrutés par les structures de la Fonction publique territoriale du département de l'Aude.

Types de missions : surveillance médicale, suivi médical, amélioration des conditions de travail, prévention de la désinsertion professionnelle, maintien dans l’emploi, conseil employeur et agent, prévention des risques professionnels, étude de postes de travail…

Le service de médecine professionnelle et préventive assure ses missions auprès d'environ 8 500 agents, relevant des structures affiliées pour cette prestation et représentatifs de très nombreux métiers

Permis B demandé, pour des déplacements réguliers sur le département.

Avantage :
- Conditions attractives et avantages sociaux
- Secrétariat dédié

Profil

Qualification en médecine du travail ou diplôme équivalent reconnu souhaité : Docteur en médecine titulaire du CES ou du DES en médecine du travail.


Pour tout renseignement :
J.F ALBAREL, DGA albarel@cdg11.fr - 04.68.77.79.68

CDG 11 - 85 avenue Claude Bernard - CS 60050 - 11 890 CARCASSONNE Cedex

Messagerie : medecine@cdg11.fr - Site : www.cdg11.fr

Coordonnées Recruteur

CENTRE DE GESTION 11 AUDE

85 avenue Claude Bernard - CS 60050 11 890 CARCASSONNE Cedex

site internet

Nom du contact: Monsieur Jean-François ALBAREL

Tel du contact: 04.68.77.79.68

Email du contact: albarel@cdg11.fr

Catégories

  • Médecin Collaborateur

Postuler à ce poste

Recopiez le nombre 10 en lettres minuscules

Restez informé de l'actualité de l'emploi et des opportunités de carrière dans votre discipline.
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

L'Inde, second pays le plus peuplé de la planète, enregistre désormais plus de cas d'infection que la Russie, mais reste derrière le Brésil et les États-Unis.

L'Etat de Victoria a fait état d'un nombre record de 127 cas lundi. Le virus s'est propagé dans la ville de Melbourne, notamment dans plusieurs immeubles densément peuplés.

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 en France et dans le monde.

Vaches sans cornes, chèvres transformées en usines à médicament, cochons plus musclés, poulets immunisés: vous allez adorer les animaux génétiquement modifiés. La sélection génétique n'est pas quelque chose de nouveau: depuis les débuts de l'élevage à la préhistoire, l'humain sélectionne les animaux pour obtenir une amélioration de leurs caractéristiques (développement musculaire, ...

Il coûte pourtant 10 dollars à produire et a bénéficié d'amples subventions gouvernementales. Fin mai, le Dr Fauci, éminent membre de la task force de la Maison-Blanche consacrée à la crise du Covid-19, annonçait des résultats préliminaires prometteurs pour le remdesivir dans le traitement de la maladie. Le laboratoire Gilead pouvait se ...

MALADIE - A l’occasion de la parution d’une enquête Ifop/Sanofi sur l’asthme sévère et ses impacts au quotidien, « 20 Minutes » se penche sur cette maladie chronique que beaucoup minorent

La formation de caillots dans le sang d'un patient, provoqués par le Covid-19, a déclenché chez lui une forme de priapisme, explique Futura.

La 23e conférence de la société internationale sur le sida (IAS) réunit à partir du lundi 6 juillet des milliers de chercheurs, politiciens, militants, pour faire le point sur l’avancée de l’épidémie et des avancées scientifiques.Le plus grand rassemblement en matière de lutte contre l’épidémie de sida se tiend pendant une semaine à partir du lundi 6 juillet. Ce sont les villes d’Oakland et de San Francisco, lieux emblématiques de la lutte contre le VIH qui devaient accueillir cette conférence. Elle sera finalement virtuelle, crise du coronavirus oblige.La lutte contre le sida au temps du Covid-19Cette année, la pandémie de Covid-19 s’est également invitée au programme. Cela se constate dans le monde entier, la lutte contre le VIH a clairement pâti de l’épidémie de Covid-19. Qu’il s’agisse de systèmes de santé débordés ou de financements redirigés vers cette nouvelle urgence, plusieurs études devraient ainsi être présentées pour mesurer l’ampleur du phénomène, notamment en terme de rupture et de difficultés d’accès au traitement. La pandémie de Covid-19 et les confinements qu’elle a entraîné pourrait même avoir représenté un risque accru de contamination notamment auprès des populations clés. Les travailleurs du sexe, les détenus, les usagers de drogues, les communautés LGBTI+ sont déjà les plus stigmatisés et les plus frappés par l’épidémie de VIH, un phénomène sans doute exacerbé ces derniers mois. Sans attendre les chiffres précis qui seront révélés durant cette conférence, on peut déjà dire que le Covid-19 a aggravé la situation épidémique du VIH.Le 90-90-90L’ONU a pour but de voir la fin du sida en 2030. Pour y parvenir, un objectif intermédiaire a été fixé : le 90-90-90. Cela signifie que 90% des personnes malades doivent savoir qu'elles sont malades, 90% de ces personnes dépistées doivent avoir accès aux médicaments et enfin 90% de celles-ci doivent avoir une charge virale indétectable, c’est-à-dire un traitement correctement suivi qui fonctionne et ne les rend plus contagieuses. Le traitement fait ainsi également office de prévention.Cet objectif intermédiaire du 90-90-90 a été fixé pour cette année. Les chiffres définitifs seront communiqués par l’Onusida en ouverture de la conférence, mais on sait déjà qu’ils ne seront pas atteints. Une mauvaise nouvelle, d’autant plus que l’impact du Covid-19 ne devrait pas encore être pris en compte et pourrait éloigner encore plus ce but.Si à l’échelle mondiale, des progrès sont réalisés en termes de prévention ou de traitement, plusieurs éléments limitent cependant leur portée. Les populations clés restent ainsi toujours la première cible du virus. Par la stigmatisation qu'elles subissent, notamment par certains pouvoirs politiques, elles restent trop souvent en dehors des parcours de soin et des programmes de prévention.Et comme souvent, le deuxième élément limitant est le financement. Dépister sur le terrain, proposer des traitements et faire des mesures de charge virale au plus près des communautés demande des infrastructures et des moyens qui ne sont pas suffisants aujourd’hui. Pourtant, le Fonds mondial contre le sida a été reconstitué l'an dernier. L’objectif d’en finir avec le VIH en 2030 compromisCet organisme chargé de financer une partie de la lutte contre l’épidémie a vu ses caisses renflouées par la communauté internationale à hauteur de 14 milliards de dollars pour la période 2020-2022, un minimum nécessaire malgré les perturbations dues au Covid-19. Cette conférence virtuelle de l’IAS devrait donc être l'occasion de remettre tout à plat et de discuter de politique sanitaire ainsi que de financements. Même si l'objectif de fin de l'épidémie en 2030 apparaît déjà compromis, des efforts sont nécessaires pour maintenir un espoir d’y parvenir. Enfin, la 23ème conférence de l’IAS est également scientifique. Sauf surprise, il ne faudra malheureusement pas attendre de miracle issu des laboratoires. En effet, tous les outils pour voir la fin du VIH existent déjà. Les moyens de prévention comme la PreP ou les traitements sont aujourd’hui très efficaces. Ils peuvent certes être toujours améliorés, mais l’important actuellement c’est qu’ils soient acheminés sur le terrain. Un vaccin pourrait changer le cours des choses, mais il est encore loin d’être disponible.►À lire: Sida, l'histoire d’une épidémie, en une infographie

Les Britanniques saluent une fois encore leur système de santé, le National Health Service (NHS), à l’occasion de son 72e anniversaire. En cette année particulière, la mobilisation et le rôle essentiel du personnel soignant est d’autant plus reconnu.De notre correspondante à Londres, Elodie GoulesqueDe Boris Johnson en passant par le leader de l’opposition Keir Starmer, les Britanniques étaient au rendez-vous ce dimanche pour rendre hommage au NHS. Inspiré des applaudissements hebdomadaires qui ont eu lieu pendant la crise du Covid-19 pour remercier les soignants ces derniers mois, cette mobilisation pourrait devenir une tradition. Le service de santé fait partie des piliers de la société britannique et est plus que respecté par les citoyens.« Le NHS a été présent pour nous dans les moments les plus difficiles cette année et les personnels soignants sont de véritables héros, donc ils méritent notre reconnaissance », confie un homme. « Ca fait partie de la société britannique, les professionnels qui y travaillent sont supers et je suis très fière d’habiter dans un pays avec un service de santé aussi fantastique », poursuit une Londonienne.L’institution a été créée il y a 72 ans afin d’apporter des soins gratuits aux habitants du Royaume-Uni. Tout au long de la crise du Covid-19, les Britanniques ont apporté leur soutien au NHS en accrochant des dessins d’arcs-en-ciel à leurs fenêtres ou en préparant des repas pour le personnel soignant. Au total plus de 180 travailleurs du NHS ont péri du Covid ces derniers mois au Royaume-Uni.

Les autorités sanitaires du canton suisse du Jura ont décidé de placer "en quarantaine" 360 élèves et leurs 50 professeurs après la découverte de plusieurs cas de Covid-19 ces derniers jours.

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.