MÉDECIN COLLABORATEUR

  • Publié le: 23/05/2019
  • Rémunération: A définir
  • Lieu: (10) Aube
  • Type de contrat: Par Voie Statutaire ou Contractuelle
  • Temps de travail: Temps plein ou Temps partiel
  • Experience: Indifférent

Descriptif du poste

Le Conseil départemental de l’Aube recrute
1 MÉDECIN COLLABORATEUR
(H/F – temps plein ou partiel)
par voie statutaire ou contractuelle

Missions :
- Assurer la surveillance médicale du personnel, conseiller les agents et
l’encadrement sur la préservation de leur santé au travail et leurs aptitudes aux postes (1500 agents et 80 métiers administratifs, techniques, sociaux….).
- Effectuer des études de poste de travail, visites des sites de travail,
aménagements de poste, adaptations et reclassements professionnels.
- Participer au montage d’actions collectives de prévention des risques
professionnels.
- Effectuer des entretiens d’écoute individuels, prévention et gestion des risques psycho-sociaux.
- Effectuer des actions d’information des personnels et des cadres sur les risques professionnels ; participer à l’évaluation et à la prévention du risque professionnel.
Membre de droit du CHSCT.

Profil

MÉDECIN COLLABORATEUR

Doctorat en médecine générale, une spécialisation en médecine du travail est souhaitée (parcours de formation et de qualification en médecine du travail possible, si besoin).

Pour tous renseignements : Mme DUVAL-HAUTY – tel : 03 25 42 51 96
Courriel : gaelle.duval-hauty@aube.fr

Envoyer lettre de candidature + CV :
M. le Président du Conseil départemental de l’AUBE – DRH
Hôtel du Département – 2 rue Pierre Labonde – BP 394
10026 TROYES CEDEX
Courriel : drh@aube.fr

Coordonnées Recruteur

DEPARTEMENT DE L'AUBE

2 rue Pierre Labonde – BP 394 10026 TROYES CEDEX

site internet

Nom du contact: DRH

Tel du contact: 03 25 42 50 50

Email du contact: drh@aube.fr

Catégories

  • Médecin Collaborateur

Postuler à ce poste

Recopiez cinquante trois en chiffre

Restez informé de l'actualité de l'emploi et des opportunités de carrière dans votre discipline.
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Après plusieurs mois difficiles, Virgil Pignon a annoncé à ses fans qu'il était enfin sorti d'affaire même si sa dernière visite à l'hôpital lui a causé quelques frayeurs !

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les. La commémoration des émeutes de Stonewall le mois dernier a été l'occasion de voir les visages qui ont porté la révolte, de cette nuit du 28 juin 1969, dans les rues de New York. Cinquante ans ...

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé sur franceinfo que ses équipes allaient réétudier l'ensemble des contre-indications au don du sang, comme les voyages par exemple.

La mairie de Paris va procéder à un nettoyage des écoles aux alentours de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Selon Mediapart, des taux de plomb dix fois supérieurs à la normale y ont été relevés.

Les industriels du sucre financent une recherche qui masque les conséquences néfastes de leurs produits sur la santé bucco-dentaire, dont la crise est avérée au niveau mondial, alertent des experts.

Cette théorie du complot a été reprise par de nombreux médias. Un chercheur américain nous explique pourquoi elle est scientifiquement absurde.

Responsable d'un cancer de la plèvre, l'amiante est interdite en France depuis 1997. Deux décennies plus tard, 1.100 nouveaux cas de la maladie surviennent encore chaque année. «Scandale de l'amiante»: c'est ainsi que l'on désigne, en France, le délai qui a existé entre la découverte des effets sanitaires délétères de l'exposition ...

La décision est accueillie diversement par la société civile. L'OMS a franchi le pas après la détection d'un premier cas d'Ebola à Goma, principale ville de l'est, toute proche du Rwanda et de l'Ouganda où deux personnes ont déjà succombé à la maladie depuis le mois de juin.Débutée il y a près d'un an, l'épidémie d'Ebola a déjà 1698 victimes sur plus de 2500 cas. Et si à Kinshasa les autorités affirment toujours que la situation s'améliore, chaque jour en moyenne 10 nouveaux cas sont confirmés. Loin des pics de janvier et juin 2019, mais pas sous contrôle pour autant. Pour preuve, ces personnes « contacts » recherchées en Ouganda, comme au Congo. Ainsi que la nouvelle dégradation de la situation à Beni, foyer de l'épidémie.► Lire aussi : L'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondialePour le président de la société civile de cette localité, Kizito Bin Hangi, la « réaction de l’OMS vient en retard, vient une année après. Si l’OMS avait pris cette décision avant, Ebola serait peut-être éradiquée ». Il souhaite à présent que les autres pays, en particulier les « États voisins » de la RDC se mobilisent pour « venir en appui à l’Etat congolais afin d’éradiquer définitivement cette maladie ». Mais aussi que ces mêmes États interviennent pour lutter contre l’insécurité, qu’il juge partiellement responsable de la résistance de l’épidémie.L'insécurité freine toujours la riposteEn effet, il est encore difficile pour les services de santé d'atteindre les zones les plus reculées de la région, en raison de l'insécurité et du risque d'attaques contre le personnel de santé. Or, la seule manière de contenir la maladie, c'est d'arriver à identifier toutes les personnes qui ont été en contact avec des malades, parce qu'il y a un risque qu'elles aient contracté la maladie ou qu'elles finissent par être contaminées si elles ne sont pas vaccinées à temps. C'est ce qu'on appelle la chaîne de contamination et c'est ce qu'aujourd'hui, la riposte Ebola n'arrive pas à sécuriser.Pour l'opposant Jules Vahikehya, élu de la province, la responsabilité de l’État congolais est engagée. Il veut que l’OMS « renforce » sa coopération avec les autorités congolaises pour « essayer de répondre aux erreurs qui ne permettent pas à la riposte d’atteindre ses résultats ». Il cite en particulier la « gestion du personnel local », ceux sans qui rien ne peut se faire d’après lui et qui sont pourtant, dit-il, « presque oubliés ».Obtenir « l’adhésion » des populations localesL’opposant a également l’impression que la riposte est aujourd’hui plus gérée par les partenaires que par le gouvernement lui-même. Or, à ses yeux, tout doit être fait pour « remettre la gestion d’Ebola dans le système national pour espérer avoir l’adhésion de tous les acteurs locaux ».À l’heure actuelle, la tâche de la riposte est d’autant plus complexe qu’une partie des personnes « contacts » prennent la fuite. Certaines n'ont pas de signes d'hémorragie et pensent ne pas être malades. D'autres ont peur de mourir dans les centres de traitement ou d'être contaminés là-bas.Et la région de Beni-Butembo-Bunia est une région commerçante avec des frontières toutes proches, c'est aussi une région où il y a des groupes armés et d'importants déplacements. Ce qui fait beaucoup de mouvements difficilement contrôlables.

S'inspirant du système immunitaire des personnes contrôlant naturellement l'infection par le virus du Sida, des chercheurs de l'Institut Pasteur ont réussi à conférer un pouvoir antiviral étonnant à des cellules immunitaires.

Traditionnellement perçue comme une maladie hivernale, la « gastro » surprend toujours quand elle refait surface en été. La semaine dernière, les diarrhées aiguës, symptomatiques des fameuses...

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.