4ème Congrès CNMC

4ème Congrès CNMC

  • du 03/04/2019
  • au 04/04/2019
Description

4ème Congrès CNMC
Congrès National des Médecins Coordonnateurs

Le métier de médecin coordonnateur d’EHPAD est protéiforme, et ceux qui l’exercent ont pu être considérés comme des « diplomates diplômés », ou encore comme de nouveaux Hercules, condamnés à « douze travaux ».

Et depuis plus de quinze ans que ce métier est apparu dans nos établissements, nous avons tous beaucoup fait pour qu’il soit confié à des confrères formés au management d’équipe, rompus à la gestion de crise, familiers de la pluridisciplinarité, avertis des arcanes des instruments d’évaluation de la dépendance, soucieux de l’impact économique de leurs choix, en un mot pour qu’ils soient très coordonnateurs … …et très peu médecins, puisque le soin pur est exclu de leurs missions.

Mais nous avons sans doute un peu oublié que le médecin coordonnateur doit assurer la qualité de la prise en charge médicale dans les EHPAD et donner le cap, en coordonnant les médecins traitants et les paramédicaux, vers une excellence gériatrique.

De plus, depuis le décret de septembre 2011, il réalise des prescriptions médicales en cas de situation d’urgence ou de risques vitaux ainsi que lors de la survenue de risques exceptionnels ou collectifs.

Alors, pour tous ceux qui ont un peu remplacé leurs notions de gériatrie par leur nouvelle science médico-sociale, et pour tous ceux qui savent que la médecine évolue et ne veulent pas rester en rade, nous avons créé en 2016 le Congrès National des Médecins Coordonnateurs d'EHPAD (CNMC).

Le CNMC est consacré à l'expertise gériatrique du médecin coordonnateur d'EHPAD.

Il n'y est pas question de réglementation, ni de budget ; il n’y a pas de considérations sociologiques ou politiques ; il y a des patients nécessitant des compétences gériatriques pour mieux définir leur projet de soins, en coordination avec tous les acteurs de l’EHPAD, en partenariat et pas en confrontation. Et il y a des médecins, nous, vous, médecins coordonnateurs, souvent également médecins traitants, qui doivent toujours compléter leur formation pour faire toujours mieux.

Savoir, savoir-faire, et savoir-être ; les trois dimensions de notre compétence sont abordées, sans oublier les nécessaires collaborations avec les autres professionnels du soin.

Nous sommes près de trois mille à exercer ce métier, souvent à temps partiel ; raison de plus pour nous donner les moyens d’y exceller. En effet, s’il est des personnes âgées dont il faut prendre particulièrement soin, ce sont bien celles qui vivent en EHPAD : si leur entrée en institution a été nécessaire, c’est qu’il y a eu accident, maladie, enfin quelque chose, « quelques » choses qui relèvent toujours de l’expertise spécifique d’un docteur en médecine.

Et si nous voulons que les EHPAD restent des lieux de vie, notre devoir n’est-il pas d’abord de donner à chaque résident toutes les chances de profiter de ses capacités ? Comment le faire sans avoir dépisté ses facteurs de risque, paré ses déséquilibres les plus dangereux, réalisé son évaluation gériatrique et organisé en collégialité et en accord avec le médecin traitant, sa prise en soin ? Et comment respecter le si nécessaire « primum non nocere » sans une formation sans cesse renouvelée ?

Voilà notre ambition pour ce rendez-vous ; que souhaiter, sinon qu’il réponde à vos besoins ? Nous avons tout fait pour ; à vous maintenant d’en décider.

Pour sa 4ème édition votre congrès se déroulera à Montpellier les 3 et 4 Avril 2019 en lien avec le Congrès Interdisciplinaire des Professionnels en Gériatrie (CIPEG)

Le comité d’organisation
cnmc_infos
cnmc_contact

Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Kétoprofène et ibuprofène, les deux médicaments anti-inflammatoires les plus vendus et que l’on prend parfois sans précaution en cas de fièvre avec maux de tête ou de gorge, pourraient favoriser...

L’opération « Puma » fait encore des mécontents. « Dans le Val-d’Oise, il y a clairement eu un problème », admet le directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), Nicolas Revel,...

Les urgences de l'hôpital de Lens (Pas-de-Calais) sont en crise. Le personnel tire la sonnette d'alarme et dénonce des conditions de travail inacceptables. "C'est toujours du rafistolage qu'on fait en attendant d'avoir mieux. Pour le personnel, ce n'est pas des conditions acceptables, pour le patient non plus. On en devient maltraitant avec les patients", explique à France Dominique Monvilliers, aide-soignant au Smur (Service mobile d'urgence et de réanimation) de Lens. La fuite des médecins En cause : la fermeture de 400 places dans les services l'an dernier. À cela s'ajoute le départ volontaire de 11 des 18 médecins urgentistes. C'est le cas d'Élodie Dhenain. Après dix ans aux urgences de Lens, elle jette l'éponge. "Oui, j'en ai eu marre. L'afflux est important, on a l'impression d'être débordé en permanence, de ne pas soigner les gens, et après, il y a des morts. Ça, je ne le supporte plus", explique la médecin urgentiste démissionnaire.

A l’occasion du lancement de la semaine européenne de la vaccination, la ministre de la Santé a dévoilé les premiers résultats encourageants de l’obligation vaccinale, près de 16 mois après son entrée en vigueur.

SANTE - Ewelina Bayer a lancé Food Allergy Friendly, une formation pour que les restaurateurs lillois s'adaptent aux allergies et intolérances alimentaires de leurs clients

Les analyses n’ont pas commencé. Mais d’ores et déjà, des trompes retirées sont mises de côté, attendant de livrer leur(s) secret(s). Le Parisien l’annonce : le comité scientifique d’Alerte...

Ils ont recommencé à aller au resto, à faire du vélo et même quelques petites randonnées. Rien à voir avec les longues marches d’avant, mais déjà beaucoup plus que lorsque Sabine Hahner était,...

Face au cancer de sa soeur Fanny, Tom Leeb, le fils de Michel Leeb, refuse de se laisser abattre. Il préfère garder son humour habituel pour rendre le sourire à la jeune femme n'hésitant pas à se moquer gentiment d'elle sur les réseaux sociaux, mais aussi à l'encourager.

INTERVIEW - Dans son rapport publié ce jeudi, l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) pointe la forte consommation française de cannabis, mais aussi de cocaïne. Des drogues devenues très faciles d’accès pour les consommateurs, explique le docteur Dan Véléa

PREVENTION - Le cancer du col de l’utérus, provoqué par le papillomavirus (HPV), est aujourd’hui dépisté avec des frottis alors que, selon un collectif, le test HPV est plus sensible

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.