médecin généraliste

  • Lieu: (77) Seine et Marne
  • Poste(s) recherché(s): Gériatrie, Gérontologie MEDECINE GENERALE Handicap
  • Publiée: 03/02/2013

Formation

Docteur BELLEC Claire

Dom : 13 allée de frênes
77330 OZOIR LA FERRIERE
Tel : 01 60 02 28 mob :06 10 60 26 43


DIPLOME DE MEDECINE
MARS 1982 : université de Paris, Necker-Enfants Malades
FORMATION MEDICALE :
1973 -1981 : étudiante en médecine à l’université René DESCARTES de PARIS
1981-1982 : faisant-fonction d’interne de médecine générale, orientation neuro-psychiatrie à l’hôpital DELAFONTAINE à ST DENIS (93)

ACTIVITE PROFESSIONNELLE :
MAI 1982 : essai de création d’un cabinet de médecine générale à FRANCHEVILLE / ITON, secteur rural en Normandie, arrêt en Mars 1984

AVRIL 1984 : rachat d’un cabinet médical de médecine générale à LIMEIL-BREVANNES (94)
Depuis, je travaille en tant que généraliste à Limeil, seule, dans un cabinet privé avec sans cesse de nouveaux patients.
J’ai accumulé de l’expérience dans beaucoup de domaines de médecine générale – pédiatrie, gériatrie, infiltrations articulaires, psychiatrie, etc…
Je vois, en moyenne, entre 15 et 20 patients par jour sans faire de gardes qui sont faites par un remplaçant attitré.

Depuis JUIN 2012 : j’arrête progressivement mon activité libérale.




AUTRES ACTIVITES PROFESSIONNELLES :
NOVEMBRE 2008 – OCTOBRE 2011 : médecin généraliste, quelques heures par semaine, dans un I.M.E (institut médico-éducatif) à Limeil-Brévannes, I.M.E Armonia. Cet institut regroupe 40 enfants atteints de graves troubles envahissants du développement.
J’ai cessé cette activité car je me sentais désemparée devant ces jeunes. J’ai travaillé en collaboration avec 2 infirmières, 2 psychiatres, 2 psychologues, 2 psychomotriciennes, 1 ergothérapeute.

NOVEMBRE 2011 – FEVRIER 2012 : recrutée en tant que médecin coordonnateur à mi-temps dans une M.A.S (maison d’accueil spécialisée) à Vitry / Seine. Cette maison accueille 30 résidents de 18 à 60 ans, atteints de maladies rares orphelines, de trisomie 21, de psychose infantiles, etc…
Je devais faire les synthèses, les réunions de préadmissions, les entretiens d’admission, le lien avec les familles, les différents spécialistes qui consultent nos résidents, le suivi médical (examens biologiques, les différents dépistages de cancer, les vaccinations, etc..) : travail extrêmement enrichissant sur le plan professionnel et surtout humain.
Mais suite à un changement de direction, je suis devenue cadre technique : faire des protocoles divers et variés, faire le plan bleu, faire des feuilles de surveillances des selles, d’alimentation, de sommeil, etc… ne plus avoir de contact avec les familles, ne plus faire de réunions sauf avec la direction (directrice et 1 chef de service) pour superviser l’avancée des protocoles. Cette activité ne me plait guère, je suis médecin et je recherche avant tout un contact avec mes collègues et confrères, mes patients, leurs familles.

AVRIL 2012 : médecin traitant salarié dans un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Employée au départ à 0,5 ETP, très vite je suis passée à plein temps (début juin), en arrêtant progressivement mon activité libérale. Je travaille en étroite collaboration avec le médecin coordonnateur, les 2 surveillantes, les infirmiers, les aides- soignante, les agents hospitaliers et les psychologues. La structure accueille 180 résidents actuellement pour, d’ici 2 ans, après de gigantesques travaux, à une capacité de 208 lits. Mon rôle consiste au suivi médical de pratiquement tous les résidents (seuls quelques résidents ont gardé un médecin extérieur à l’établissement). Emotionnellement, c’est un travail très difficile car nous faisons pratiquement toutes les fins de vie (accompagnement des résidents et des familles) mais c’est un travaillant fort enrichissant sur le plan humain. Ce a travail est très fort zur le plan humain J’ai un étonnant contact avec le personnel ce qui déplait beaucoup au medecin co et qui me méne uns vie impossible. ‘aimerai retrouvé une structure plus calme, sans conflit interne


INFORMATIQUE :
L’ordinateur fait partie de mes outils de travail depuis 1999 : je travaille sur un logiciel médical (AMBOISE)
A la M.A.S, j’ai informatisé toutes les ordonnances des résidents.
Dans l’l’EHPAD, je travaille sur le logiciel TITAN, un logiciel très complet et complexe que je commence à maîtriser.

PUBLICATIONS :
MARS 1982 : thèse de médecine –
Traitement chirurgical du canal atrio-ventriculaire total de l’enfant : à propos de 69 cas

Experience Professionnelle

Centres d'intérêt

Contacter ce candidat

Recopiez le nombre 15 en lettres minuscules
Devis Express et contact pour les annonces
Actualité médical santé

Après plusieurs mois difficiles, Virgil Pignon a annoncé à ses fans qu'il était enfin sorti d'affaire même si sa dernière visite à l'hôpital lui a causé quelques frayeurs !

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les. La commémoration des émeutes de Stonewall le mois dernier a été l'occasion de voir les visages qui ont porté la révolte, de cette nuit du 28 juin 1969, dans les rues de New York. Cinquante ans ...

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé sur franceinfo que ses équipes allaient réétudier l'ensemble des contre-indications au don du sang, comme les voyages par exemple.

La mairie de Paris va procéder à un nettoyage des écoles aux alentours de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Selon Mediapart, des taux de plomb dix fois supérieurs à la normale y ont été relevés.

Les industriels du sucre financent une recherche qui masque les conséquences néfastes de leurs produits sur la santé bucco-dentaire, dont la crise est avérée au niveau mondial, alertent des experts.

Cette théorie du complot a été reprise par de nombreux médias. Un chercheur américain nous explique pourquoi elle est scientifiquement absurde.

Responsable d'un cancer de la plèvre, l'amiante est interdite en France depuis 1997. Deux décennies plus tard, 1.100 nouveaux cas de la maladie surviennent encore chaque année. «Scandale de l'amiante»: c'est ainsi que l'on désigne, en France, le délai qui a existé entre la découverte des effets sanitaires délétères de l'exposition ...

La décision est accueillie diversement par la société civile. L'OMS a franchi le pas après la détection d'un premier cas d'Ebola à Goma, principale ville de l'est, toute proche du Rwanda et de l'Ouganda où deux personnes ont déjà succombé à la maladie depuis le mois de juin.Débutée il y a près d'un an, l'épidémie d'Ebola a déjà 1698 victimes sur plus de 2500 cas. Et si à Kinshasa les autorités affirment toujours que la situation s'améliore, chaque jour en moyenne 10 nouveaux cas sont confirmés. Loin des pics de janvier et juin 2019, mais pas sous contrôle pour autant. Pour preuve, ces personnes « contacts » recherchées en Ouganda, comme au Congo. Ainsi que la nouvelle dégradation de la situation à Beni, foyer de l'épidémie.► Lire aussi : L'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondialePour le président de la société civile de cette localité, Kizito Bin Hangi, la « réaction de l’OMS vient en retard, vient une année après. Si l’OMS avait pris cette décision avant, Ebola serait peut-être éradiquée ». Il souhaite à présent que les autres pays, en particulier les « États voisins » de la RDC se mobilisent pour « venir en appui à l’Etat congolais afin d’éradiquer définitivement cette maladie ». Mais aussi que ces mêmes États interviennent pour lutter contre l’insécurité, qu’il juge partiellement responsable de la résistance de l’épidémie.L'insécurité freine toujours la riposteEn effet, il est encore difficile pour les services de santé d'atteindre les zones les plus reculées de la région, en raison de l'insécurité et du risque d'attaques contre le personnel de santé. Or, la seule manière de contenir la maladie, c'est d'arriver à identifier toutes les personnes qui ont été en contact avec des malades, parce qu'il y a un risque qu'elles aient contracté la maladie ou qu'elles finissent par être contaminées si elles ne sont pas vaccinées à temps. C'est ce qu'on appelle la chaîne de contamination et c'est ce qu'aujourd'hui, la riposte Ebola n'arrive pas à sécuriser.Pour l'opposant Jules Vahikehya, élu de la province, la responsabilité de l’État congolais est engagée. Il veut que l’OMS « renforce » sa coopération avec les autorités congolaises pour « essayer de répondre aux erreurs qui ne permettent pas à la riposte d’atteindre ses résultats ». Il cite en particulier la « gestion du personnel local », ceux sans qui rien ne peut se faire d’après lui et qui sont pourtant, dit-il, « presque oubliés ».Obtenir « l’adhésion » des populations localesL’opposant a également l’impression que la riposte est aujourd’hui plus gérée par les partenaires que par le gouvernement lui-même. Or, à ses yeux, tout doit être fait pour « remettre la gestion d’Ebola dans le système national pour espérer avoir l’adhésion de tous les acteurs locaux ».À l’heure actuelle, la tâche de la riposte est d’autant plus complexe qu’une partie des personnes « contacts » prennent la fuite. Certaines n'ont pas de signes d'hémorragie et pensent ne pas être malades. D'autres ont peur de mourir dans les centres de traitement ou d'être contaminés là-bas.Et la région de Beni-Butembo-Bunia est une région commerçante avec des frontières toutes proches, c'est aussi une région où il y a des groupes armés et d'importants déplacements. Ce qui fait beaucoup de mouvements difficilement contrôlables.

S'inspirant du système immunitaire des personnes contrôlant naturellement l'infection par le virus du Sida, des chercheurs de l'Institut Pasteur ont réussi à conférer un pouvoir antiviral étonnant à des cellules immunitaires.

Traditionnellement perçue comme une maladie hivernale, la « gastro » surprend toujours quand elle refait surface en été. La semaine dernière, les diarrhées aiguës, symptomatiques des fameuses...

Newsletter Medical

vous voulez être informe sur l'emploi dans votre domaine,

dans votre region, recevoir des conseils de recrutement,

connaitre les établissements qui recrutent, inscrivez vous a la news letter.